L’une des erreurs les plus fréquentes que font les gens lorsqu’ils se réfèrent à des problèmes cardiaques aigus est d’utiliser les termes « crise cardiaque », « arrêt cardiaque » et « AVC » de façon interchangeable.

Bien que les trois soient associés au cœur, ils se produisent pour des raisons différentes, ont des symptômes différents et affectent le corps différemment.

Comprendre leurs différences peut jouer un rôle vital pour être mieux préparé à affronter ces problèmes et chercher le traitement avant qu’il soit trop tard si vous ou quelqu’un de votre entourage en fait l’expérience et a un besoin urgent de la bonne attitude.

Lisez la suite pour une compréhension de base de ce à quoi se réfèrent chacun de ces termes, les symptômes que chaque affection implique et comment réagir face à eux.

Crise cardiaque: un problème avec l’approvisionnement du sang vers le cœur lui-même

Parfois, le flux sanguin riche en oxygène est bloqué vers une partie du muscle cardiaque. Si le flux sanguin n’est pas rétabli, le muscle commence à mourir en raison d’un manque d’oxygène. Cela provoque une crise cardiaque. Dans une crise cardiaque, le cœur continue à battre.

Arrêt cardiaque: un problème concernant le système électrique du coeur

Lorsque l’activité électrique de votre cœur est chaotique, le cœur se met à battre de façon irrégulière et s’arrête brutalement de pomper le sang dans tout le corps. C’est un arrêt cardiaque. Dans un arrêt cardiaque, le cœur cesse de battre complètement.

AVC: un problème concernant l’interruption ou la réduction sévère de l’apport sanguin au cerveau

Il y a trois types d’AVC (Accident Vasculaire Cérébral) :

  • L’AVC ischémique : lorsque l’artère qui transporte du sang riche en oxygène au cerveau subit un blocage, cela entraîne la mort de cellules cérébrales. Cela provoque un accident vasculaire cérébral ischémique.
  • Accident ischémique transitoire (AIT) : Un « mini-AVC » peut se produire lorsque l’artère qui transporte le sang vers le cerveau cesse de le faire temporairement.
  • AVC hémorragique : Lorsqu’il y a rupture d’une artère dans le cerveau, cela endommage les cellules du cerveau et conduit à un accident vasculaire cérébral hémorragique.

La maladie coronarienne est la principale cause d’une crise cardiaque et d’un AVC et l’une des principales causes d’un arrêt cardiaque.

Dans la maladie coronarienne, les artères qui transportent le sang riche en oxygène vers le cœur et le cerveau sont obstruées en raison de l’accumulation de plaque (dépôt de graisse).

Un régime riche en cholestérol, un mode de vie sédentaire, le manque d’exercice physique, l’obésité, le diabète et l’hypertension artérielle sont des causes fréquentes de l’accumulation de plaque.

Lire aussi : Ces signes avant-coureurs d’AVC que vous ne devez pas ignorer !

Symptômes

Une crise cardiaque et un arrêt cardiaque ont parfois des symptômes communs. Cependant, les autres symptômes qui les accompagnent, ainsi que la durée des symptômes, signalent ce qui les différencie l’un de l’autre. Les symptômes d’un AVC sont principalement neurologiques.

Symptômes d’une crise cardiaque

Les symptômes suivants d’une crise cardiaque peuvent apparaître dès le début et persister pendant des jours.

  • Douleur thoracique (angine) : Les gens décrivent cela généralement comme une lourdeur ou une oppression au milieu de la poitrine. Certains la confondent souvent avec l’indigestion. Cela peut durer quelques minutes, s’en aller puis réapparaître.
  • Courbatures : La sensation d’oppression dans la poitrine ou une sensation d’indigestion pourrait être accompagnée de douleurs dans les bras, (en particulier le bras droit), le cou, le dos, l’abdomen et les mâchoires.
  • Essoufflement et respiration sifflante
  • Sueurs froides
  • Etourdissements et vertiges
  • Augmentation de l’anxiété
  • Nausée
  • Toux

Ces symptômes ne sont pas soulagés par des médicaments ou des remèdes maison qui en général y remédient. Donc, si vous avez une sensation d’indigestion et que vous prenez un traitement, les symptômes réapparaîtront car il s’agit d’un problème de cœur et non d’un problème digestif. De plus, ces symptômes sont susceptibles de se produire davantage lorsque vous faites de l’exercice (course à pied, jogging, entraînement, natation, etc.).

Symptômes d’un arrêt cardiaque

Parfois, dans les quelques minutes précédant un arrêt cardiaque, la personne peut éprouver des symptômes semblables à une crise cardiaque :

  • Perte de connaissance / évanouissement
  • Syncope
  • Douleur dans la poitrine
  • Essoufflement
  • Palpitations extrêmes
  • Faiblesse

Cependant, dans la plupart des cas, et contrairement à une crise cardiaque, une personne qui souffre d’un arrêt cardiaque connaîtra :

  • Manque de réactivité
  • Perte de souffle
  • Perte d’impulsions
  • Effondrement soudain

Ceux-ci apparaissent soudainement et aboutissent souvent à une mort instantanée. Si vous avez subi une crise cardiaque, vous êtes à plus grand risque d’un arrêt cardiaque.

Symptômes d’un AVC

  • Confusion mentale : Vous pourriez avoir du mal à comprendre les choses et à suivre les conversations. Vous pourriez trouver difficile de vous rappeler des noms, des endroits, des faits aléatoires et d’autres choses que vous vous rappeliez habituellement.
  • Discours désorganisé : Vous pourriez avoir la parole traînante.
  • Paralysie du visage, du bras ou de la jambe : Vous pourriez éprouver un engourdissement ou une paralysie d’un côté de votre visage ou de tout le visage. Vous pouvez subir la paralysie, l’engourdissement ou la faiblesse dans les bras et les jambes, surtout sur un côté. Si un côté de la bouche s’affaisse quand vous souriez, ou si un bras tombe lorsque vous levez les deux bras, vous pourriez être confronté à un AVC.
  • Incapacité de marcher : Vous pourriez connaître une perte de coordination du corps et des vertiges tout en essayant de marcher
  • Vision floue : Votre vision peut se brouiller dans un œil ou les deux yeux. Vous pourriez également commencer à voir double.
  • Maux de tête : Une douleur brûlante dans la tête pourrait être accompagnée d’étourdissements et de vomissements.
  • Nausée
  • Transpiration excessive
  • Accident Ischémique Transitoire (AIT) : Bien que de nombreuses personnes qui font face à un AVC majeur ne souffrent pas d’un mini-AVC (AIT) préalablement, une étude de 2009, publiée dans Nutrition, indique que 10% des personnes sont frappées par un AVC majeur environ une semaine après un mini-AVC (AIT).

Que faire en cas d’arrêt cardiaque ? Appeler le SAMU

Sources: www.heart.org / www.strokeassociation.org / www.ncbi.nlm.nih.gov / circ.ahajournals.org / www.heart.org / sante-nutrition

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici