S’inquiéter est un mal inutile quand il s’agit de votre santé mentale. Certains le considèrent simplement comme une mauvaise habitude qui peut être désapprise avec la pratique.

D’autres pensent que l’inquiétude peut être bénéfique pour le cerveau en nous aidant à apprendre des expériences passées et à se préparer à de nouvelles expériences. Qu’elle soit bonne ou mauvaise, l’inquiétude occupe notre cerveau en se concentrant sur un avenir incertain dont nous ne pouvons pas tenir les rênes.

Il en résulte que la dépression se focalise sur des événements passés que vous auriez aimé changer, et que l’inquiétude se concentre sur les événements futurs sur lesquels vous n’avez aucun contrôle. Par ailleurs, vous vous inquiétez seulement car vous n’avez aucun contrôle sur l’avenir, alors que vous avez réellement de la chance de choisir quelles mesures entreprendre pour vous préparer à faire face à tout ce qui vous inquiète. Dans cet article, nous allons examiner les moyens actifs qui peuvent vous aider à entraîner votre cerveau afin de cesser de s’inquiéter.

 

COMMENT ENTRAÎNER VOTRE CERVEAU POUR CESSER DE S’INQUIÉTER.

 

  1. PAR LE BIAIS DE L’ÉCRITURE

Lorsque vous entraînez votre cerveau pour mettre un frein à l’inquiétude, cette technique est considérée comme étant le moyen le plus efficace. Si votre cerveau vous prive du sommeil pendant la nuit en pensant à quelque chose, écrivez cette chose-là sur le papier ou sur l’ordinateur.

Cela permet à votre cerveau de pousser un soupir de soulagement mental, de ne plus avoir à dépenser de l’énergie en s’efforçant à se rappeler ces détails. Si vous vous inquiétez de ce qu’il faut servir pour une rencontre d’amis, écrivez «qu’est ce qu’il faut servir ? »

L’écriture est également un moyen pour mettre votre cerveau en garde et pour dire à ce dernier «C’est assez important d’écrire.” Votre cerveau a maintenant été alerté afin de mettre en place des ressources visant à résoudre ce problème, plutôt que d’être inquiet ou se souvenir de la chose importante qui vous tourmente.

Pourquoi écrire ? Les chercheurs ont mis en évidence que les personnes constamment inquiétées peuvent être des personnes qui adoptent constamment la politique d’autruche.

Les scientifiques de la revue Anxiety, Stress & Coping ont donné aux personnes qui s’inquiètent constamment l’occasion d’écrire trois résultats possibles pour la situation qui les inquiétait, puis ils ont analysé leurs réponses pour des solutions pratiques. Les scientifiques disent que :

Lorsque les élaborations de problèmes des participants ont été évalués pour le concret, les deux études ont montré une relation inverse entre le degré d’inquiétude et du concret : plus les participants étaient préoccupés par un sujet donné, moins concret était le contenu de leur élaboration. Les résultats contestent le point de vue selon lequel l’inquiétude peut favoriser une meilleure analyse des problèmes. Au lieu de cela, ils sont conformes à l’idée que l’inquiétude est une réponse d’évitement cognitive.

 

 2. La Méditation

La méditation peut entraîner votre cerveau à cesser de s’inquiéter. Les chercheurs de la revue Psychosomatic Medicine ont étudié les effets de la méditation et ont constaté qu’elle était particulièrement bonne pour réduire l’anxiété cognitive ou l’inquiétude.

Bien que certaines personnes croient qu’ils n’ont pas le temps de méditer, la méditation est aussi facile que le fait de choisir de fermer les yeux en ce moment pour 30 secondes ou plus. L’acte de choisir de régler d’autres sources de stress est une étape active pour former votre cerveau à s’apaiser.

Les quelques instants où vous choisissez consciemment d’éviter tout bruit non naturel dans votre vie vous permettront de vous concentrer sur ce qui est le plus important pour vous, maintenant et dans l’avenir. Des pensées inquiétantes peuvent venir pendant que vous méditez, et c’est normal. Ceux qui ont maîtrisé l’art d’entraîner le cerveau pour cesser de s’inquiéter recommandent d’observer des pensées inquiétantes lorsqu’elles accèdent à l’esprit, et les regarder passer simplement comme des nuages ​​sur une journée ensoleillée.

 

LIRE AUSSI : Gaslighting: 9 façons de savoir si vous en avez été victime

 

  1. ENTRAÎNEZ VOTRE CORPS ET VOTRE CERVEAU

L’inquiétude est la façon selon laquelle votre cerveau apprend à survivre en décidant d’activer le système de combat ou de fuite. Si un couguar saute sur vous, vous sentez instantanément une montée d’adrénaline, et cette réaction de peur est la même réaction qui se passe dans votre corps lorsque vous vous inquiétez. Juste à un niveau beaucoup plus bas sur une plus longue période de temps.

 

La même étude dans la revue Psychosomatic Medicine a constaté que d’autre part, l’exercice est bon lorsque votre corps ressent les symptômes de l’anxiété, comme la nervosité. Si votre corps sent moins de symptômes physiques du stress, votre esprit va l’interpréter de manière à se calmer, car le corps n’est pas dans un état d’excitation accrue.

 

L’exercice semble donner au corps une raison secondaire pour la transpiration et le rythme cardiaque rapide, que nous pouvons sentir à plus basse échelle lorsque nous nous inquiétons. L’exercice peut aider à abaisser la tension artérielle, qui est un autre symptôme physique du stress dans le corps. Si vous pouvez identifier que vous êtes inquiétés, marchez 5-10 minutes à pied, à l’extérieur si possible. Appréciez les images et les sons de la nature tout en vous concentrant sur le mouvement de vos membres et sur vos inspirations.

Bien à vous

Source: womansenergy.com / Traduit et adapté par: Aidersonprochain.com

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici