Les industriels de la pile nous l’avaient bien caché : les piles alcalines dites à usage « unique » seraient en fait rechargeables. Des chercheurs, energy-hackers, ont déterré un brevet de 1980 tombé dans le public mais surtout aux oubliettes. Ils espèrent aujourd’hui l’utiliser pour remettre au goût du jour la trouvaille de Karl Kordesch, le scientifique qui démontra à l’époque que de telles piles pouvaient être rechargées. De cette découverte est né le projet Regen-Box, qui a fait l’objet d’un financement participatif discret mais réussi sur Ulule.

Un brevet de 1980 tombé dans l’oubli

En 1980, Karl Kordesch, ingénieur émérite qui a participé à l’invention de la première pile alcaline sèche et, en outre, à la mission Apollo, affirmait déjà qu’il était possible de recharger les piles dites à usage « unique ». Pour cela, il suffit en fait de produire des piles un poil plus résistantes au niveau des joints et des séparateurs, et d’y inclure un absorbeur d’hydrogène. On évite ainsi les risques associés à la recharge comme les coulures ou les explosions. Mais surtout, il aurait été possible de réutiliser des milliards de piles depuis tout ce temps, et leur éviter ainsi de finir trop rapidement dans une décharge, avec le coût environnemental que l’on connait.

regen-boxe

Car les piles alcalines sont en fait tout à fait rechargeables, si tant est qu’on ait l’équipement adéquat. Inutile en effet de les placer dans votre chargeur habituel, le procédé étant différent. Dans les années 1980, Karl Kordesch commercialisa, avec la marque Rayovac, un appareil pour recharger des piles alcalines 25 fois ! Un produit qui a disparu assez rapidement, vraisemblablement à la suite de la faillite d’un des fournisseurs des matériaux nécessaires à la production de la pile. En réalité, il semblerait que la logique de marché leur ait préféré les piles rechargeables de type NiMH. En parallèle, les piles alcalines à usage unique ont tout de même continué leur croissance pour se vendre en centaines de millions d’unités chaque année… malgré leur durée de vie très limitée. Il est certain que les industriels de l’alcaline se sont à l’époque frotté les mains de voir l’invention de Kordesch tomber dans l’oubli, chaque pile pouvant être réutilisées quelques dizaines de fois avant de procéder à un nouvel achat.

Avec la volonté de reprendre le flambeau de Karl Kordesch, et dans un esprit de lutte contre l’obsolescence commerciale, les membres de l’Atelier 21 du collectif Paléo-Énergétique ont donc mis au point un nouveau régénérateur de piles alcalines 100% open-source. Aujourd’hui au stade de prototype, le chargeur fonctionnel ainsi conçu est en mesure de recharger non seulement les piles alcalines, mais également les piles rechargeables traditionnelles ! Le secret de leur invention ? Un régénérateur qui utilise la technologie de la micro-impulsion, moins agressive pour les composants. Après une campagne de financement participatif qui va leur permettre de réunir une équipe de testeurs et d’opérer des essais sur des piles de différentes marques, l’Atelier 21 est fin prêt pour avancer dans sa conquête d’une nouvelle vie énergétique.

illustration-cycles-regeneration-regenbox

Déterrer le passé pour construire le futur

Dans une optique de recyclage bien en phase avec les tendances et les nécessités écologiques actuelles, le collectif Paléo-Énergétique s’est donné pour mission de recycler, non pas seulement les piles, mais aussi les connaissances. Ce collectif composé de personnalités hétéroclites qui réunit ingénieurs, designers, scientifiques, ou encore sociologues et hackers, s’est donné pour mission d’aller déterrer des brevets tombés dans le domaine public. Leur but ? « Écrire une contre-histoire de l’énergie ». Ils souhaitent pour cela ressusciter les techniques disparues, et montrer à tous que l’innovation, scientifique ou sociale, peut venir du passé.

Ainsi, le collectif agit comme un véritable groupe d’archéologues à la recherche de techniques oubliées, d’innovations passées à la trappe, englouties par les flots de la logique marchande, ou n’ayant pas connu le succès espéré. Avec le projet de l’Atelier 21 et la RegenBox, le collectif montre sa volonté de s’ancrer dans une démarche éco-responsable, qui lutte contre l’obsolescence énergétique, mais aussi contre celle des idées.

regenbox4

Chaque année, ce sont près de 60 millions de piles qui sont vendues en France, ce qui représente 33 000 tonnes de déchets directement dues à l’usage des piles alcalines. Alors que la récupération des piles est une obligation légale en France, seulement un tiers de celles-ci sont envoyées au recyclage. Le reste finit dans nos poubelles, ou pire, dans la nature.

Ces jets désinvoltes coutent cher à l’environnement : les piles et les accumulateurs contiennent une part considérable de métaux lourds, qui, une fois dans la nature, se dispersent jusqu’aux nappes phréatiques. Le mercure, le lithium ou le nickel contenu dans les piles ont des conséquences directes sur l’environnement, et la vie humaine et animale. Au niveau de leur production, les piles à usage unique dévoilent aussi une aberration écologique : il faut 50 fois plus d’énergie pour produire une pile que ce qu’elle ne sera jamais capable de fournir. Vivement qu’on puisse à nouveau recharger les piles alcalines grâce à Regenbox !

capture-decran-2016-10-29-a-03-52-54

Sources : Ulule.com / Paleo-energetique.org / Makery.info / Youtube.com / mrmondialisation.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici