Un traitement alternatif contre le cancer a été mis au point suite à plusieurs études qui ont mis l’accent sur sa capacité à inhiber efficacement le cancer du côlon.

Depuis longtemps, l’huile de coco a été considérée comme un remède naturel et une alternative efficace aux produits pharmaceutiques et aux médicaments. En dépit de son utilisation médicale traditionnelle et des anecdotes qui sous-tendent son efficacité pendant des années, peu de recherches scientifiques ont été menées à ce sujet. Toutefois, de nouvelles recherches ont révélé que l’huile de coco est une alternative potentielle au traitement habituel du cancer du côlon.

Selon une étude menée par l’Université d’Adélaïde en Australie, les chercheurs ont constaté que l’acide laurique, une graisse saturée qui constitue l’un des principaux composants de l’huile de coco, a pu éliminer 93% des cellules cancéreuses au colon qui a été testé sur une période de 48 h.

Des études in vitro (En boîtes de pétri) et in vivo (chez les rats) ont été menées afin d’observer l’efficacité de l’acide laurique sur les cellules cancéreuses, ou l’hyperplasie, et chaque étude a donné des résultats similaires. Ces études préliminaires ont donné des résultats prometteurs qui justifient de nouvelles recherches sur la façon dont l’acide laurique, extrait ou provenant d’huile de coco entière, affectera les cellules cancéreuses chez les humains vivants, étant donné que certaines études soulignent que les acides gras à chaîne moyenne pourraient augmenter le risque du cancer colorectal.

 

LIRE AUSSI: L’Huile d’Origan est beaucoup plus efficace que les Antibiotiques chimiques et Sans les Effets Secondaires !

 

Il a également été constaté selon les études cliniques multiples menées par l’American Nutrition Association, que l’huile de coco a maintes vertus qui ne se limitent pas à ses propriétés de destruction du cancer. Conformément auxdites études, les matières grasses trouvées dans l’huile de coco « peuvent être efficaces concernant le traitement et la prévention de maladies telles le diabète, l’ostéoporose, les maladies virales (mononucléose, hépatite C, herpès, etc.), les maladies des voies biliaires, la maladie de Crohn et le cancer.  »

Beaucoup de gens croient qu’en dépit de la multitude des bienfaits de l’huile de coco, les grandes sociétés ont minimisé ses avantages pour la santé. Le partisan de la médecine alternative et l’hôte de The Truth About Cancer, Ty Bollinger, soulignent que les fabricants d’aliments ont joué un rôle important dans un tel manque d’information et d’utilisation.

« Dans les années 1960, les fabricants d’aliments avait pour objectif l’achat de leurs margarines et leurs huiles hydrogénées par les consommateurs », indique Bollinger. « Pour ce faire, il était nécessaire de » discréditer « les produits que les gens ont souvent utilisé à leurs ménages pour préparer leur nourriture. »

Dans ce contexte, Bollinger explique comment la «substitution» de l’huile de coco entraînera tout l’ensemble des problèmes de santé que les entreprises attribuent à l’huile de coco elle-même.

« Ce sont bel et bien les mêmes produits fournis par les fabricants d’aliment à leurs consommateurs depuis trente ans », souligne Bollinger. « Les acides gras trans contenus dans ces «aliments frelatés »mettent toute votre santé en jeu. Les régimes riches en matières grasses, en sucre et à haute teneur en glucides ont été mis sous le microscope et leurs effets pernicieux ont été confirmés.

Bien que les propriétés curatives de l’huile de coco soient souvent mises en question du à sa haute teneur en matières grasses, le type de graisse contenue dans cette dernière a conduit la majorité des experts à ignorer ses bienfaits, et son utilisation en tant que traitement alternatif contre le cancer est toujours en cours d’étude.

Sources et références : theheartysoul.com

http://www.webmd.com/vitamins-supplements/ingredientmono-1138-lauric%20acid.aspx?activeingredientid=1138&activeingredientname=lauric%20acid

https://thetruthaboutcancer.com

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24356281

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17637195/

http://www.cancerepidemiology.net/article/S0361-090X(02)00179-4/abstract

Traduit et adapté par: Aidersonprochain.com

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici