Et si tout ce que nous pensions savoir sur les addictions était faux ? C’est le postulat de cette courte vidéo pédagogique qui entend mettre l’accent sur les facteurs sociologiques des addictions, souvent éludés au profit de préjugés, et qui nous fait observer le phénomène sous un angle différent. À vous de juger.

La pluralité des causes qui pousse un individu dans l’étreinte d’une addiction quelconque ne fait nul doute. Penser la substance addictive comme seule responsable de l’addiction seraient une erreur, nous apprend une courte vidéo éducative réalisée par In a Nutshell, un studio spécialisé dans la production d’animations scientifiques. Dans ce court métrage qui a fait le tour du monde, les producteurs s’inspire du livre de Johann Hari, un journaliste du New York Times qui a réalisé un best-seller sur la véritable guerre à mener contre la drogue.

En pratique, notre savoir actuel concernant les addictions est le fruit d’expériences menées au XXème siècle, principalement sur des rats de laboratoire. Enfermé dans une cage, le rat pour s’abreuver avait alors le choix entre de l’eau naturelle et de l’eau mélangée, soit avec de la cocaïne, soit avec de l’héroïne. La réitération des expériences a montré que le rat se dirigeait quasi systématiquement vers l’eau mélangée et ce, jusqu’à l’overdose, souvent la mort. Simpliste, l’expérience laisse à penser que l’addiction est donc liée au produit avant tout.

Dans les années 70, Bruce Alexander, professeur de psychologie, décide de pousser l’expérience plus loin : trouvant anormal de confiner le rat dans une cage avec nul autre loisir que de s’abreuver, il créa « ratland », un endroit où les rats pourraient s’épanouir pleinement (abondance de nourriture, sexe, jeux, espace,…). Et le résultat s’avéra surprenant : les rats ne consommaient plus, ou presque, la drogue de manière compulsive. Aucun rat ne mourut d’une overdose. Si l’expérience bouleverse ce qu’on sait de l’addiction, elle n’a visiblement pas atteint l’imaginaire collectif, toujours axé sur les vieux schémas.

Mais pour démontrer le facteur sociologique de l’addiction, les études sur les rats ne suffisent pas. Par le fruit du hasard, la guerre du Vietnam fut l’objet d’études similaires effectuées sur les soldats américains. Un grand nombre d’entre eux (20%), pour supporter l’horreur de la guerre, prenait régulièrement de l’héroïne. À tel point que l’opinion publique américaine craignait une invasion de « drogués » une fois ceux-ci revenus sur le territoire. Il n’en fut rien, la plupart d’entre eux (95%) ne subiront pas les symptômes du manque à leur retour.

La cause des addictions ne serait donc pas uniquement la substance en soi, mais également des éléments exogènes comme l’épanouissement social, sexuel ou encore spirituel. En résumé, notre environnement direct. Les individus disposant d’un environnement sain à plusieurs niveaux auront une propension moins grande à palier leurs frustrations par la prise de drogue, contrairement aux autres qui y trouvent un refuge temporaire.

La « nature humaine » est ainsi faite : nous sommes des individus sociaux et nous avons besoins d’interactions constantes pour nous épanouir complètement. La fragmentation des individus, l’individualisme grandissant renforcé par les progrès technologiques, le remplacement des interactions sociales par des machines, sont autant de symptômes qui poussent certaines personnes à combler un manque affectif ou relationnel.

Face aux faits, il est donc temps de trouver des réponses appropriées, non pas en stigmatisant ceux qui ne se sortent pas des tourments de l’addiction (notamment en leur coupant leurs revenus, comme le proposent certains politiciens réactionnaires), mais en pointant du doigt les facteurs sociologiques et sociétaux qui les y ont poussés, en créant simplement une société où il fait bon vivre pour tous. La reconnexion des individus entre eux est à ce titre, probablement le meilleur moyen de parvenir à des résultats réellement probants et pas seulement en matière d’addictions…

Sources : youtube / patreon.com / mrmondialisation.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici