C’est l’altruisme qui fait le bonheur, pas le matérialisme !

 

Une autre étude a mis en relief que, lorsque les gens donnent une somme d’argent, ils gagnent plus de bienêtre plutôt que de le dépenser pour eux-mêmes. Ce sentiment de bien-être n’est pas une simple autosatisfaction : il provient d’un puissant sentiment d’attachement aux autres, d’une transcendance empathique et compatissante de l’individualité et de notre propre nombrilisme.

Paradoxalement, une autre étude a montré que le don de l’argent que vous gagnez est l’une des façons dont l’argent peut effectivement faire du bonheur : Cette recherche menée par Dunn, Gilbert et Wilson – a également mis en lumière que l’argent est plus susceptible d’apporter le bonheur si vous le dépensez sur les expériences, plutôt que sur les biens matériels. (1) Une autre étude conduite par Joseph Chancellor et Sonja Lyubomirsky a souligné que le fait de mener un mode de vie de «sous-consommation stratégique» (ou d’économie) peut également conduire au bien-être. (2)

Donc, si vous aspirez réellement à stimuler votre bien-être – et tant que vos besoins matériels de base sont satisfaits – ne tentez pas d’accumuler de l’argent dans votre compte bancaire et n’acquérez pas de biens matériels dont vous n’avez pas vraiment besoin. Soyez plus généreux et altruiste – augmentez le montant d’argent que vous donnez aux nécessiteux, octroyez plus de temps au bénévolat ou passez plus de temps à aider d’autres personnes, ou à vous comporter plus gentiment à l’égard de tous ceux qui vous entourent. Ignorez l’expression «Bonheur signifie consommation» dont les médias nous dupent.

 

Un mode de vie caractérisé par la générosité et la sous-consommation ne correspond pas aux besoins des économistes et des politiciens – mais il nous rendra sans aucun doute plus heureux.

Nous ferions bien d’écouter les mots de l’Indien Américain, Ohiyesa, en parlant des Sioux :

Nous sommes convaincus que l’amour des biens est une faiblesse à surmonter. Cet amour se focalise sur le côté matériel, et s’il n’est pas freiné, il perturbera l’équilibre spirituel. Par conséquent, il est primordial d’inculquer l’idée de la beauté de la générosité aux esprits des enfants. Leur apprendre à donner ce qu’ils apprécient le plus, afin qu’ils puissent se délecter du bonheur de la bienfaisance.

L’empathie est un des piliers des relations humaines et des rapports humain, et peut réellement changer notre monde. Souvenez-vous que l’être Humain est créateur, et qu’il produit à l’extérieur ce qu’il ressent à l’intérieur.

 

Sources et Références: wakeup-world.com
(1)http://scholar.harvard.edu/files/
(2)http://web.archive.org/web/
Traduit et adapté par: Aidersonprochain.com

Laisser un commentaire