Ces chasseurs de trophées posent avec des ours polaires morts en proposant des voyages de chasse à 40 000 euros

Bien qu’il existe des lois strictes concernant la chasse aux ours polaires, beaucoup de compagnies proposent encore des expéditions dans l’Arctique pour des chasses de ce type et d’autres espèces vulnérables.

Des photos de chasseurs de trophées avec des ours polaires abattus servent ainsi de publicités à plusieurs compagnies de chasse pour leurs expéditions dans l’Arctique. Au Canada, des rapports ont notamment révélé qu’au cours des dernières années, 5 000 ours polaires avaient été abattus dans le cercle arctique. Même si ces compagnies organisent plusieurs types de chasses au gros gibier, les voyages au cercle arctique sont considérés comme « les plus mémorables » par les chasseurs de trophées.

Source: Worldwide Trophy Adventures

Parmi ces compagnies, Worldwide Trophy Adventures, basée au Nebraska (États-Unis), propose même aux chasseurs une compensation de dix jours pendant la plus favorable saison de chasse « au cas où un ours polaire ne serait pas capturé pendant les dix jours de chasse prévus« .

Selon son site web, le forfait de chasse prévoit les services d’un « guide inuit expérimenté pour la chasse à l’ours polaire avec un attelage de chiens pendant toute la durée », ainsi que la « préparation du terrain pour le trophée ». La chasse se termine lorsqu’un « ours polaire est capturé ».

Selon le Fonds mondial pour la nature, il reste entre 20 000 et 25 000 ours polaires vivants, et l’espèce est classée comme vulnérable. L’espèce est repérée dans l’Arctique, au Canada, en Alaska, au Groenland, au Danemark, en Norvège et en Russie. En 2008, les États-Unis ont interdit l’importation de ces trophées (des ours polaires abattus) dans le pays.

La Norvège est actuellement le seul pays à avoir interdit totalement la chasse de cette espèce, tandis que la Russie, l’Alaska et le Groenland autorisent les communautés indigènes à en chasser de petites quantités pour se nourrir et se vêtir. Les inuits canadiens continuent quant à eux de vendre les permis de chasse au trophée.

Source: Worldwide Trophy Adventures

Un autre organisateur de chasse, Ameri-Cana Expeditions, promet « des taux de réussite élevés et une qualité de trophée intéressante ». Leur site web se vante ainsi de proposer des chasses à l’ours polaire depuis plus de 30 ans et affirme que « la chasse est toujours une partie importante du mode de vie de la population inuit ». Les systèmes de quotas permettent aux villageois de satisfaire une grande partie de leurs besoins grâce au nombre de phoques, de morses, de narvals, de bélugas, d’ours polaires et de bœufs musqués.

Cette compagnie offre également les services d’un taxidermiste, en disant : « La peau, le crâne et l’os pénien de votre ours polaire seront expédiés congelés de Grise Fiord à un taxidermiste canadien recommandé pour être dépecés et nettoyés correctement. Une fois bien préparée, votre fourrure pourra être conservée pour plusieurs années ». Le prix indiqué pour qu’un Américain tue un ours polaire au cours d’une expédition de 12 jours s’élève à 900 euros, sans compter le prix de la chasse, qui est de presque 40 000 euros.

Source: Worldwide Trophy Adventures
ADVERTISING

Eduardo Gonçalves, membre de la campagne Ban Trophy Hunting, a déclaré : « Il est bien connu que les ours polaires sont en danger d’extinction à cause du changement climatique.

Si nous voulons qu’ils survivent, nous devons mettre fin à cet horrible massacre. Outre la diminution de leurs ressources alimentaires due à la fonte de la glace, ils sont menacés par les forages pétroliers et gaziers, les déchets toxiques, les nouvelles maladies dues au réchauffement climatique et par l’intensification des voies de navigation. La dernière chose dont ils ont besoin, c’est que des chasseurs de trophées les abattent pour le plaisir, juste pour qu’ils puissent se prendre en photo et déposer une tête d’ours au-dessus de leur cheminée ».

Il a ajouté : « Comment peut-on justifier la présence d’un corps d’ours polaire chez soi en tant que trophée ou pour un soi-disant « usage personnel » ?

 

Source: life.shared.com
Traduit et adapté par: aidersonprochain.com

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Feedback en ligne
Voir tous les commentaires

Regardez la vidéo de cette immense colonie de tortues marines vertes se dirigeant vers leur site de ponte en Australie

ancienne église

Les ruines de cette ancienne église ont réapparu grâce au confinement