Ce n’est jamais facile de faire ses adieux à une amie. Surtout si cette amie vous a accompagné pendant très longtemps. Aussi, lorsqu’Andy Godoy a dû faire ses adieux à Jessie, sa chienne âgée de 18 ans, cela n’a pas été de gaieté de coeur. Néanmoins, il a réussi à trouver le courage de rendre hommage à sa meilleure amie après qu’elle soit récemment décédée.

La lettre d’Andy, initialement publiée sur le site The Animal Rescue Site, saura toucher quiconque aime la race canine, et je suis certain que je ne serai pas le seul à avoir la larme à l’oeil en la lisant. Aussi, je n’ai pas vraiment été surpris en apprenant que cette lettre touchait les amis des animaux de par le monde.

Et lorsque vous la lirez, ci-dessous, vous comprendrez vous aussi de quoi il en retourne.

« Chère Jessie,

Lorsque je t’ai adoptée, la première chose que je t’ai murmuré à l’oreille c’est « Tu ne me quitteras jamais, d’accord ? ». Au fil des ans, lorsque je m’imaginais une vie sans toi, je te répétais systématiquement « Tu ne me quitteras jamais, d’accord ? ».

J’ai toujours le réflexe de vouloir d’emmener en promenade. Ta laisse est toujours suspendue près de la porte, elle attend que je prononce les mots « Tu veux qu’on sorte faire une promenade ? », et je regarde instinctivement l’horloge, pour voir si l’heure de te sortir approche.

À chaque fois que je mange des biscuits ou des chips, j’essaie de voir si tu es dans les parages, pour t’en lancer un morceau.

Tu étais la chienne idéale pour moi. Si calme, si discrète. Tu n’as jamais uriné par terre, ni machonné quoi que ce soit. Tu aboyais si peu que tu t’effrayais toi-même lorsque cela t’arrivait.

Tu étais à mes côtés pour le meilleur comme pour le pire. Tu ne m’as jamais jugé, même lorsque je faisais 100 kilos, et que je suais à grosses gouttes. Tu avais toujours un battement de queue amical à mon intention.

J’adorais le fait que je pouvais te faire totalement confiance en présence d’un enfant. Lorsque tu as pris de l’âge, et que tu as commencé à grisonner, les enfants du quartier ont commencé à t’appeler Mamie.

Et même lorsque tu ne pouvais plus croquer tes croquettes les plus dures, que tu ne jouais plus vraiment avec tes jouets, et que je devais te sortir plus souvent, je t’aimais toujours autant.

Tu m’as fait confiance jusqu’au bout. Tu m’as cru lorsque je t’ai dit que tu avais le droit de me quitter, et que c’était normal de partir.

J’ai senti ta vie s’échapper de ton corps, et tu es partie en emmenant une partie de moi avec toi.

Je t’adore, ma douce Jessie, et je te retrouverai au paradis. 1998-2016

Que les souvenirs de ton chien t’emplissent de joie, jusqu’à ce que vous vous retrouviez. »

Est-ce que vous avez, vous aussi, été touchés par la lettre d’Andy ? Partagez-la avec tous les amis des animaux de votre entourage !

Source : happytoutou

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici