Colique néphrétique : Voici tout ce que vous devriez savoir

Qu’est-ce que la colique néphrétique ?

La colique néphrétique est une douleur intense qui se produit au bas du dos ou sur les côtés. La douleur se produit le plus souvent au niveau d’un seul côté, mais elle peut s’étendre aux deux côtés du bas du dos. La colique néphrétique peut se manifester rapidement, guérir et se reproduire ou s’aggraver au fil du temps.

 

Quelles sont les principales causes de la colique néphrétique ?

La colique néphrétique est due à l’obstruction des voies urinaires qui comprennent les reins, les uretères, la vessie et l’urètre. Les uretères transportent l’urine des reins vers la vessie. L’urètre achemine l’urine vers l’extérieur lorsque vous urinez. La cause la plus fréquente de l’obstruction des voies urinaires sont les calculs rénaux. Les caillots de sang, les spasmes de l’uretère et les tissus morts peuvent également obstruer les voies urinaires.

 

Quels sont les symptômes de la colique néphrétique ?

  • Douleur sévère au bas du dos, à l’abdomen ou à l’aine
  • Douleur lors de la miction
  • Nausées et vomissements
  • Besoin fréquent d’uriner
  • Diminution ou absence de la miction
  • Fièvre

 

Comment diagnostiquer la colique néphrétique ?

Les analyses de sang et d’urine pour découvrir une infection ou une fonction rénale altérée.

Une radiographie, une échographie, une tomodensitométrie ou une IRM en vue de révéler une lithiase rénale ou d’autres causes de la douleur. Le médecin pourrait vous administrer du liquide de contraste pour avoir une bonne vision de votre appareil urinaire et si vous avez déjà eu une réaction allergique au liquide de contraste, avisez votre médecin.

 

Comment traiter la colique néphrétique ?

Les médicaments peuvent contribuer au soulagement de la douleur et des spasmes musculaires. Vous auriez probablement besoin de médicaments pour calmer votre estomac et mettre fin aux vomissements.

Dans certains cas, la chirurgie peut être nécessaire pour éliminer l’obstruction ou en cas où vos reins ne fonctionnent pas convenablement.

 

Comment gérer les symptômes de la colique néphrétique ?

  • Augmenter votre apport en liquides : afin de diminuer la douleur et mettre fin à l’obstruction de vos voies urinaires, il est conseillé de boire environ 3 litres (12 verres) d’eau chaque jour. La moitié de vos liquides quotidiens devrait être constitués de l’eau. Limitez la consommation de café, de thé et de soda à 2 tasses par jour. De plus, votre urine devrait être de couleur pâle et claire.
  • Filtrez votre urine après chaque miction : Urinez sur un filtre (entonnoir muni d’une maille fine ou un bocal en verre pour recueillir les calculs rénaux. Montrez ces calculs rénaux à votre médecin lors de votre prochaine visite.

symptômes de la colique néphrétique

  • Consommez une variété d’aliments sains : les aliments sains comprennent les fruits, les légumes, le pain complet, les produits laitiers à faible teneur en matière grasse, les haricots, la viande maigre et le poisson. En outre, augmentez la consommation des agrumes tels que les oranges. Demandez à votre médecin combien de sel, de calcium et de protéines vous devriez consommer.
  • Évitez les activités dans les températures chaudes : la température chaude peut provoquer la déshydratation qui mène à la diminution de la miction.

 

Quand est-ce que vous devriez chercher de l’aide médicale d’urgence ?

  • Vous n’arrêtez pas de vomir.
  • Vous constatez l’augmentation des saignements lorsque vous urinez.
  • Vous urinez moins que d’habitude, ou vous n’urinez pas du tout.
  • Votre douleur ne diminue pas même après le traitement.
  • Vous avez de la fièvre.
  • Vous trouvez des calculs dans votre filtre d’urine.
  • Vous avez des préoccupations concernant votre état de santé ou les soins procurés.

A votre santé.

 

Source: drugs.com 
Traduit et adapté par: Aidersonprochain.com 

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Feedback en ligne
Voir tous les commentaires
rêves

Voici ce que signifient vos rêves selon la science

crise d'asthme

Comment survivre à une crise d’asthme sans inhalateur