chimio thérapie
crédit image : bialasiewicz / 123RF 

Les méthodes classiques adoptées pour le traitement du cancer coûtent environ 200 milliards de dollars chaque année dans le monde !

La chimiothérapie fait partie des trois grandes méthodes de traitement promues par la médecine allopathique : la chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie, avec des millions de cancéreux qui l’utilisent d’une manière ou d’une autre chaque année. Si vous ou quelqu’un que vous aimez, optez pour la « chimiothérapie » dans le cadre d’un protocole global de traitement du cancer, assurez-vous des faits. Et plus important encore, découvrez les remèdes naturelles qui peuvent désintoxiquer votre corps à l’issue de la chimiothérapie.

 

Quels sont les effets de la chimiothérapie ?

En ce qui concerne les effets négatifs de la chimiothérapie chez les personnes atteintes de cancer du sein en particulier, de nouvelles recherches ont révélé que la chimiothérapie cause plus de mal que de bien. Environ 30% de toutes les patientes atteintes du cancer du sein subissent une certaine forme de chimiothérapie. Les médecins sont actuellement conscients (y compris les médecins traditionnels) que ces traitements affectent le système immunitaire, mais personne n’a pu cerner à quel point ces derniers sont nocifs jusqu’à récemment. Une étude Britannique menée par l’Université de Leeds et publiée dans l’édition de janvier 2006 de Breast Cancer Researcher, a analysé la manière dont la chimiothérapie a affecté le système immunitaire chez 88 patientes atteintes de cancer du sein. Les résultats sont affolants!

Les chercheurs de Leeds ont constaté que la chimiothérapie associée au cancer du sein entraîne des «changements à long terme des paramètres immunitaires qui devraient être pris en compte lors de la prise en charge clinique». Ces changements comprenaient une réduction drastique du nombre de lymphocytes T, B ainsi que les cellules tueuses après seulement deux semaines de traitement. L’étude a également mis en lumière que certaines cellules du système immunitaire, y compris les lymphocytes T, sont demeurées significativement plus faibles pendant 9 mois après le traitement.

Toutefois, la découverte la plus significative consistait dans le fait que la repopulation des lymphocytes T et B a subi des changements considérables par rapport à leurs prédécesseurs avant la phase de la chimiothérapie. Cela signifie que les mutations génétiques fondamentales peuvent se transmettre dans les générations futures des cellules après la fin de la chimiothérapie.

Au même titre que la radiothérapie et la chirurgie, il convient de souligner que la chimiothérapie peut réellement réduire la taille des tumeurs visibles, et cela sans affecter les cellules souches cancéreuses. Elles sont des «ardoises blanches». Les cellules souches saines sont nécessaires pour la formation de toutes les cellules du corps, y compris les cellules T et le tissu conjonctif. Nonobstant, lorsque le cancer constitue une source de préoccupation, ces mêmes cellules souches peuvent devenir mortelles et stimuler elles-mêmes la croissance des tumeurs.

5 Thérapies naturelles qui peuvent être efficaces pour la désintoxication de votre corps après la chimiothérapie :

 

Les substances et méthodes naturelles suivantes peuvent vous aider à désintoxiquer votre corps des médicaments utilisés pendant la chimiothérapie et à reconstruire votre système immunitaire. Toutes ces substances naturelles contribueront également à la prévention de la rechute du cancer.

    • Brocoli : le brocoli contient une quantité élevée du sulforaphane qui inhibe le cancer et stimule le système immunitaire. Le sulforaphane s’est révélé être un puissant inhibiteur du cancer, notamment celui du sein. Cette substance favorise l’apoptose (mort des cellules cancéreuses) et stimule également l’activité des cellules tueuses. Le sulforaphane peut également être consommé sous forme de complément et sous certaines formules puissantes.

 

    • Bêta-Glucane: Un supplément de ß-glucane de haute qualité extrait soit de la levure (qui est plus puissante) ou des des champignons médicinaux, peut constituer un moyen très efficace pour stimuler tout l’ensemble de votre système immunitaire. Les bêta-glucanes augmentent la capacité des cellules immunitaires à « détruire » les cellules cancéreuses et peuvent avoir un effet sur l’expression génétique du cancer du sein selon une étude effectuée par l’Université du Kentucky.

 

    • Curcumine : il y a plus de 200 études documentées à ce jour portant sur les effets de la curcumine sur le cancer du sein en particulier. Et il existe en effet une myriade d’études sur l’effet positif que cette composante du Curcuma Indien peut avoir sur le système immunitaire. La curcumine a mené à la réduction de la croissance tumorale et a favorisé l’apoptose, même sur les cellules cancéreuses résistant aux multiples médicaments. Elle constitue un anti-inflammatoire puissant et peut booster considérablement la fonction immunitaire. Une étude publiée au Journal of Nutritional Biochemistry a rapporté que la curcumine a triplé l’expression protéique dont la fonction consistait à lutter contre les bactéries, les virus et les champignons.

 

    • Chlorelle: La Chlorelle est largement connue pour sa capacité de désintoxication des métaux lourds, et constitue également un excellent agent chélatant d’autres toxines (tels les résidus de la chimiothérapie). D’autre part, c’est un super stimulant du système immunitaire et une source saine de vitamine B-12. Elle contient 10 fois plus de la quantité de bêta-carotène que les carottes. Elle contient également des polysaccharides, qui améliorent la capacité des cellules du système immunitaire à communiquer entre elles lors d’une menace par les agents pathogènes, en plus de la chlorophylle, qui augmente l’oxygénation du sang. La Chlorelle peut aussi augmenter les taux de glutathion.

 

  • Hyperthermie : L’hyperthermie est le recours à la chaleur en vue de désintoxiquer et guérir le corps. Elle peut englober des saunas infrarouges lointains, des bains thérapeutiques chauds, de la technologie Biomat et des protocoles hélio (à base du soleil) ainsi que d’autres thérapies basées sur la chaleur. Selon le National Cancer Institute, «des températures élevées peuvent endommager et tuer les cellules cancéreuses, avec une nuisibilité minimale aux tissus normaux généralement». Et conformément aux recherches menées par le Dr Nobuhiro Yoshimizu, auteur du livre The Fourth Treatment for Medical Refugees, La hausse d’un seul degré de la température du corps peut stimuler votre système immunitaire de 40%.

Finalement, en plus des substances énumérées ci-dessus, si vous êtes en cours de guérison du cancer du sein, envisagez de vérifier votre taux de vitamine D, d’iode et de mélatonine et prenez des compléments selon les conseils de votre thérapeute.

LIRE AUSSI: Cet ancien remède tue plusieurs types de cancer, y compris du sein, du poumon et de la prostate

La chimiothérapie engendre un tas de toxines dans le corps. Certaines toxines restent dans votre système et continuent à y faire des ravages, à moins qu’elles ne soient purgées de manière proactive. Par ailleurs, le système immunitaire ne fonctionnera pas convenablement pendant un certain temps après la chimiothérapie.

En vue de regagner la santé et tenir le cancer à l’écart après la chimiothérapie, il serait propice et sage d’éliminer les toxines résiduelles de la chimiothérapie et restaurer l’immunité de la manière la plus sûre possible. Pour ce faire, vous pouvez avoir recours aux composés végétaux naturels et aux méthodes holistiques simples conçues spécialement pour la restauration de la santé.

Veillez toujours à informer votre médecin de vos démarches.

A votre santé.

Sources et références : healthy-holistic-living.com / Traduit et adapté par: Aidersonprochain.com

American Cancer Society. (n.d.). Cancer Treatment & Survivorship Facts & Figures. Retrieved from https://www.cancer.org/research/cancer-facts-statistics/survivor-facts-figures.html

Verma, R., Foster, R. E., Horgan, K., Mounsey, K., Nixon, H., Smalle, N., . . . Carter, C. R. (2016, January 26). Lymphocyte depletion and repopulation after chemotherapy for primary breast cancer. Retrieved from http://breast-cancer-research.biomedcentral.com/articles/10.1186/s13058-015-0669-x

Cancer Tutor. (2017, March 28). Insulin Potentiation Therapy (IPT). Retrieved from https://www.cancertutor.com/ipt/

Hussain, A., Mohsin, J., Prabhu, S. A., Begum, S., Nusri, Q. E., Harish, G., . . . Sharma, C. (2013). Sulforaphane inhibits growth of human breast cancer cells and augments the therapeutic index of the chemotherapeutic drug, gemcitabine. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24289589

Zhang, Y., & Tang, L. (2007, September). Discovery and development of sulforaphane as a cancer chemopreventive phytochemical. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17723168

Vetvicka, V., Vashishta, A., Saraswat-Ohri, S., & Vetvickova, J. (2008, December). Immunological effects of yeast- and mushroom-derived beta-glucans. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19053851

Life Extension. (2012, May 29). Curcumin helps improve immune function. Retrieved from http://www.lifeextension.com/newsletter/2012/5/curcumin-helps-improve-immune-function/page-01

Deneke, S. M., & Fanburg, B. L. (1989, October). Regulation of cellular glutathione. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2572174

Panahi, Y., Darvishi, B., Jowzi, N., Beiraghdar, F., & Sahebkar, A. (2016). Chlorella vulgaris: A Multifunctional Dietary Supplement with Diverse Medicinal Properties. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26561078

National Cancer Institute. (n.d.). Hyperthermia in Cancer Treatment. Retrieved from https://www.cancer.gov/about-cancer/treatment/types/surgery/hyperthermia-fact-sheet

Yoshimizu, N. N. (n.d.). The Fourth Treatment for Medical Refugees. Retrieved from http://www.bio-mats.com/the-fourth-treatment-for-medical-refugees/table-of-contents

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici