Voici toute la différence entre l’hémiplégie et l’hémiparésie

Les accidents vasculaires cérébraux, les lésions cérébrales, les lésions médullaires, les infections ainsi que de nombreuses conditions affectant le système nerveux central peuvent provoquer une hémiparésie ou une hémiplégie. Le préfixe « Hémi » désigne quelque chose qui se passe au niveau d’un seul côté du corps – que ce soit le côté gauche ou le côté droit.

L’hémiparésie est une faiblesse qui se produit sur un seul côté du corps, tandis que l’hémiplégie se traduit par une paralysie qui affecte un seul côté du corps également. Étant donné que la paralysie est une forme de faiblesse extrême et de dysfonction nerveuse, l’hémiplégie est une forme extrême d’hémiparésie.

 

La relation entre l’hémiparésie et l’hémiplégie

L’hémiparésie et l’hémiplégie font partie du même continuum des lésions du système nerveux central. Les deux conditions affectent le mouvement et la sensation et elles peuvent être difficiles à traiter et entravent gravement le fonctionnement normal du corps.

Bien que les symptômes diffèrent, les deux conditions constituent principalement des versions différentes du même problème sous-jacent. Des lésions nerveuses ou cérébrales légères à modérées engendreront une hémiparésie, alors que des lésions nerveuses ou cérébrales modérées à sévères entraîneront une hémiplégie.

Par ailleurs, la même lésion peut produire les deux symptômes à des moments différents. Ceci est particulièrement vrai lorsque les nerfs sont comprimés ou la moelle épinière est enflée, car des changements dans l’enflure ou la compression peuvent également produire des changements dans les symptômes.

Dans des stades précoces d’une lésion, il est impossible de déterminer si un patient aura une hémiparésie ou une hémiplégie.

hémiplégie vs hémiparésie

 

Quelle est la différence entre l’hémiparésie et l’hémiplégie ?

L’hémiparésie se traduit par une faiblesse sur un seul côté du corps. Une personne atteinte d’hémiparésie peut être incapable de bouger son bras, ou peut ressentir des picotements ou d’autres sensations bizarres sur le côté affecté.

L’hémiplégie se traduit par une paralysie sur un seul côté du corps également. Bien que les stéréotypes autour de la paralysie confirment que la paralysie peut priver complètement de la capacité de bouger, la réalité est un peu plus compliquée. Les personnes atteintes de paralysie peuvent conserver certaines sensations et le degré de paralysie peut changer au fil du temps. Par conséquent, il peut être difficile de distinguer l’hémiparésie de l’hémiplégie, notamment dans le cas d’une hémiplégie légère et d’une hémiparésie grave.

 

Quelles sont les causes de l’hémiparésie et de l’hémiplégie ?

 

L’hémiparésie et l’hémiplégie sont des troubles du système nerveux, qui ne sont pas dues à une lésion au niveau du côté affecté du corps. Une lésion cérébrale ou médullaire peut interférer avec la capacité du corps à envoyer ou à recevoir des signaux de la zone touchée par ladite lésion.

La cause la plus commune des deux troubles est un accident vasculaire cérébral, car l’AVC entrave le flux sanguin vers le cerveau. Si une zone du cerveau affectant le mouvement ou la perception est atteinte, une hémiparésie ou une hémiplégie peuvent se développer. Or, la zone affectée est généralement le côté opposé du cerveau, ainsi une lésion au côté droit du cerveau affectera le côté gauche du corps.

 

Autres causes de l’hémiparésie et de l’hémiplégie comprennent :

  • Infections du cerveau telles que la méningite ou l’encéphalite
  • Cancer du cerveau ou lésions cérébrales
  • Dommages aux neurones dus à un trouble dégénératif tels que la maladie de Parkinson
  • Blessures traumatiques, comme un coup à la tête lors d’un accident de voiture
  • Troubles congénitaux tels que la paralysie cérébrale

 

Symptômes de l’hémiparésie

Il est très fréquent que l’hémiparésie affecte de manière inégale un seul côté du corps, dû au fait que ce trouble est sur un continuum, ayant des symptômes allant de légers et sporadiques à sévères et graves. Les symptômes les plus communs comprennent :

  • Difficultés avec les capacités motrices, en particulier se mettre debout.
  • Faiblesse dans certaines zones d’un seul côté du corps, telle que l’incapacité à soulever les bras.
  • Pusher syndrome « Syndrome du pousseur »: l’une des conséquences courantes des lésions cérébrales traumatiques, le syndrome du pousseur conduit une personne atteinte d’hémiparésie à déplacer son poids vers le côté affecté, ce qui nuit à la motricité et rend la marche difficile et potentiellement douloureuse. En effet, les médecins utilisent une échelle pour évaluer la gravité de ce syndrome en vue d’effectuer des pronostics précis, en plus d’identifier la cause des symptômes.
  • Raideur sur le côté non affecté du corps, ce qui peut surcompenser les lésions sur le côté atteint d’hémiparésie.
  • Sensations inhabituelles ou picotements sur le côté affecté.

Les symptômes les plus communs de l’hémiplégie

Les symptômes de la paralysie peuvent changer au fil du temps, et toutes les personnes atteintes d’hémiplégie ne sont pas complètement immobilisées ni ne souffrent d’une perte complète de la mobilité sur le côté affecté. Toutefois, si la paralysie n’est pas généralisée, le médecin va probablement diagnostiquer l’hémiparésie au lieu de l’hémiplégie.

 

Les symptômes de l’hémiplégie comprennent :

  • Difficulté à bouger, ou incapacité à bouger, au niveau d’un seul côté du corps.
  • Difficulté à contrôler les selles ou l’urine
  • Changements ou perte de la sensation sur un seul côté du corps.
  • Garder une main dans un poing.
  • Difficulté à déglutir ou à parler
  • Difficultés respiratoires.

L’hémiplégie peut changer au fil du temps, de sorte que certaines parties du côté affecté peuvent être plus touchées que d’autres.

 

Traitement de l’hémiplégie et de l’hémiparésie

 

Bien que l’hémiparésie et l’hémiplégie se manifestent par des symptômes différents, elles sont essentiellement similaires en ce qui concerne leurs causes et traitement. En vue de traiter l’une ou l’autre condition, un médecin va se focaliser d’abord sur la cause des symptômes. Lorsqu’une infection ou un autre problème médical entraîne des symptômes, un médecin peut d’abord traiter ces symptômes. En cas où un accident vasculaire cérébral est la cause de ce trouble, l’AVC lui-même ne peut pas être inversé, mais certaines méthodes de traitement peuvent aider à rétablir une partie ou la totalité du fonctionnement :

  • Thérapie physique, ergothérapie ou kinésithérapie pour rétablir le fonctionnement et aider le cerveau à contourner la blessure.
  • Dispositifs d’assistance tels que les marchettes ou les fauteuils roulants.
  • Ergothérapie pour soutenir la mobilité.
  • Psychothérapie pour faire face à l’impact psychologique d’une blessure grave.
  • Des traitements alternatifs tels que l’acupuncture et des changements alimentaires.

 

Source: spinalcord.com
Traduit et adapté par: Aidersonprochain.com

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Feedback en ligne
Voir tous les commentaires
kyste pilonidal

15 Remèdes maison efficaces pour traiter les kystes pilonidaux

mari infidèle

Un mari infidèle reçoit une étrange carte postale de son amante et tombe dans les pommes !