Que mangeons-nous vraiment ? Un témoin privilégié de l’industrie agroalimentaire répond à cette question. C’est écoeurant, mais ça ouvre les yeux.

On n’a jamais été aussi loin d’une pénurie et, pourtant, l’alimentation revient au coeur de nos inquiétudes. Pourquoi ? Parce qu’on ne sait même plus ce qu’on avale ! Industrialisée et transformée à l’excès, notre nourriture est devenue un produit aux origines inconnues et à la composition douteuse. Heureusement, les consciences s’éveillent peu à peu. Exemple avec Christophe Brusset, un repenti de l’industrie alimentaire qui joue désormais les lanceurs d’alerte… quitte à nous refiler la nausée.

Saviez-vous par exemple qu’on pouvait trouver des poils, des crottes et des cadavres de rats dans certains piments ? Et que cette immonde recette n’était pas du tout le fruit d’un accident isolé ? Voilà le genre d’informations qu’on découvre à la lecture de Vous êtes fous d’avaler ça , le livre coup de poing écrit par Christophe Brusset.

Ingénieur, l’auteur de ce bouquin a travaillé pendant 20 ans comme acheteur au service de l’industrie agroalimentaire. Aujourd’hui, il vide son sac, et ce qu’il y avait à l’intérieur n’est pas joli à voir : clients trompés (sur l’origine des produits), produits mensongers (de la vanille qui ne contient pas de vanille), aliments frauduleux (miel avec sucre ajouté), composants écoeurant (crottes d’animaux), la liste des mauvaises habitudes est aussi longue que scandaleuse.

Il y a quelques mois, Christophe Brusset était invité au micro d’RTL. Une interview quasi surréaliste à ne surtout pas regarder à l’heure du déjeuner. La voici :

Ça fait froid dans le dos n’est-ce pas ?

Christophe Brusset a servi le système. Aujourd’hui, il le dénonce et nous ouvre les yeux. Certains diront qu’il crache dans la soupe, d’autres lui diront merci. A la rigueur, peu importe. Tout ce qui contribue à éclairer les consommateurs que nous sommes est à saluer.

Les industriels veulent engranger un maximum d’argent sur le dos de notre naïveté ? C’est son droit. Mais rien ne nous empêche de nous défendre. Pour cela, il faut écouter ceux qui savent pour modifier nos habitues en conséquence. En ce sens, le livre de ce témoin privilégié agroalimentaire est plus que précieux.

Source : positivr / image illustration : linvite

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici