couche d'ozone de la Terre semble se rétablir

Les scientifiques ont confirmé que la couche d’ozone continue de se réparer – une dose de nouvelles positives !

Le Protocole de Montréal a été conclu en 1987 avec l’intention de protéger  et réparer la couche d’ozone, et une étude publiée cette semaine a confirmé que ce protocole fonctionne.

Pour ceux d’entre vous qui ne savent pas exactement ce qu’est la couche d’ozone, c’est la zone de la stratosphère terrestre qui absorbe la majeure partie du rayonnement ultraviolet du soleil, empêchant ainsi le rayonnement de toucher la surface de la Terre.

Le traité a été conçu pour aider à protéger cette couche d’ozone en éliminant progressivement la production de nombreuses substances responsables de son épuisement.

Les substances nocives pour la couche d’ozone se retrouvaient souvent dans les réfrigérants commerciaux et domestiques, les solvants industriels, les propulseurs en aérosol et les agents moussants tels que les extincteurs.

Or, il a été prouvé que les traces de ces produits chimiques dans la stratosphère avaient commencé à diminuer en 2000, ce qui a aidé la couche d’ozone à se réparer.

produits chimiques dans la stratosphère
NASA

Antara Banerjee, auteur principal de la nouvelle étude et chercheur invité du CIRES à l’Université du Colorado Boulder, qui travaille à la Division des sciences chimiques de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), a parlé des preuves qu’ils ont trouvées.

Banerjee a ainsi expliqué :

« Cette étude s’ajoute aux preuves croissantes montrant la profonde efficacité du Protocole de Montréal. Non seulement le traité a stimulé la guérison de la couche d’ozone, mais il a également entraîné de récents changements dans les schémas de circulation de l’air dans l’hémisphère sud.

Le défi de cette étude était de prouver notre hypothèse selon laquelle la récupération de l’ozone était en fait à l’origine de ces changements de circulation atmosphérique, et que ce n’était pas seulement une coïncidence. »

Néanmoins, bien que l’ozone se répare soit une excellente nouvelle, nous ne pouvons pas oublier le problème de l’augmentation des niveaux de gaz à effet de serre tels que le CO2, cause principale du réchauffement climatique. Ces gaz n’ont pas d’effet direct sur la couche d’ozone, mais sont la principale cause du réchauffement climatique.

 l'ozone se répare

Banerjee a ajouté : « C’est le combat entre les effets de la récupération de l’ozone et l’augmentation des gaz à effet de serre qui déterminera les tendances futures. »

Fondamentalement, ce n’est pas parce que l’ozone se répare que nous devons cesser d’essayer de réduire notre empreinte énergétique.

Une chose semble toutefois réduire considérablement notre empreinte énergétique en ce moment : le confinement massif de la population dans le monde entier, en raison de la pandémie de coronavirus.

Moins de personnes sortent et le niveau de dioxyde d’azote, qui provient principalement des gaz d’échappement des véhicules, ainsi que le niveau de particules provenant du transport routier et de la combustion de carburant, seraient sensiblement réduits dans tout Londres. Il y a également eu une réduction remarquable à Milan, Rome et Paris.

Continuons à faire de notre mieux pour apporter des changements positifs !

 

Source: unilad.co.uk
Traduit et adapté par: aidersonprochain.com

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Feedback en ligne
Voir tous les commentaires