L’optimisme, c’est un des concepts sur lesquels l’être humain s’appuie pour donner une réponse émotionnelle aux événements qui se présentent à lui au cours de sa vie. C’est aussi le terme central de la Psychologie positive, la référence conceptuelle au cœur de ses études et participant à sa définition.

Éloignons-nous des conceptions académiques et centrons-nous plutôt sur le quotidien des gens. L’optimisme est un outil émotionnel qui peut nous aider à atteindre des objectifs à priori difficiles à réaliser.

Qu’est-ce que l’optimisme?

L’optimisme peut être défini comme une approche que l’on conçoit pour aborder les situations qui se présentent à nous au cours de notre vie.

A partir de cette simple description, on peut se rendre compte de l’importance de l’optimisme, agissant comme un catalyseur qui gère nos perceptions et renforce nos comportements.

optimisme
bearinthenorth / Pixabay

Les caractéristiques de l’optimisme

Il est très facile de reconnaître les caractéristiques rénovatrices de l’optimisme. En voici quelques unes :

• La bonne humeur : c’est le plus bel atout de l’optimisme. Pour autant, être de bonne humeur, ce n’est pas non plus être continuellement “à la fête” ; c’est plutôt être capable, dans les moments difficiles, d’aider et d’écouter les autres.

 

• Concevoir des solutions face à l’adversité : Envisager des avantages et des solutions face aux différents problèmes auxquels on peut avoir à faire face, cela fait de nous un être actif en continuel renouveau, capable de laisser libre cours à sa capacité de découverte personnelle.

• L’espoir : C’est le cousin de l’optimisme. Avoir de l’espoir, c’est croire en l’avenir. D’autre part, l’espoir est aussi porteur d’un autre concept émotionnel tout à fait sain : l’illusion.

 

En faisant preuve d’optimisme au quotidien, on alimentera notre moteur vital en révolutions nouvelles. L’optimisme, c’est l’arme la plus efficace pour lutter contre l’apathie ou le découragement, nos bêtes noires.

Être optimiste, ce n’est donc pas essayer de s’éloigner au maximum de ses responsabilités et simplement “penser positif”. Le vrai pouvoir de l’optimisme réside en nous-même et implique un effort de tous les jours, une attitude active face à la routine. C’est le premier échelon à gravir sur l’échelle de l’optimisme.

Se connaître soi-même, c’est avoir plus de facilités à définir sa vie, ses ennemis, ses désirs, ou tout autre appétit émotionnel.

En gérant correctement l’optimisme, on conçoit un plan stratégique aussi pur que sain, qui nous permettra “d’attaquer” les différentes situations qui composent notre réalité et desquelles on pourra tirer profit et ainsi se renforcer.

 

Finalement, une idée importante doit résulter de tout cela : l’entourage pessimiste. On doit savoir discerner et contrôler les sensations que nous offrent les différentes sources de pessimisme qui nous entourent.

Cependant, c’est et ce sera une des plus dures épreuves que l’on aura à affronter. Surmonter ces sources ou les intégrer de manière positive nous permettra de renforcer notre capacité à être optimiste et à espérer.

Source : nospensees.fr

Le pouvoir de l’optimisme
Notez cet article

Laisser un commentaire