Always good to go through old photos and see what they look like edited a differnt way! #memories

L’hypersensibilité est considérée comme un don, une manière spéciale et émotionnellement intense de voir et de comprendre ce qui nous entoure.

Pour beaucoup de gens, c’est comme habiter à l’intérieur d’une bulle entourée d’un monde superficiel.

Être hypersensible suppose surtout de prêter attention d’une manière instinctive au moindre détail et aux subtilités de l’entourage.

Nous examinons de près chaque mot, chaque geste, chaque ton de voix pour déduire une information que beaucoup d’autres personnes n’entendent pas ou ne perçoivent pas.

Il y a des gens qui voyagent jusqu’à la cime la plus haute des arbres pour voir les étoiles alors que l’hypersensibilité place la lumière du firmament dans notre cœur pour voir en détail les lumières et les ombres des personnes.

Être plus réceptif aux émotions ou aux incongruités de ceux qui nous entourent nous conduit souvent à finir dans l’abîme de la vulnérabilité.

Nous finissons par vivre dans un monde que nous ne comprenons pas toujours et qui, souvent, débouche sur une dépression.

L’hypersensibilité : un cerveau très réceptif aux subtilités de l’entourage

Elaine Aron est la plus haute figure dans l’étude de l’hypersensibilité, puisqu’elle a créé le terme en 1991.

Loin d’être un sous-type de personnalité introvertie, les personnes hypersensibles rassemblent en réalité un ensemble de traits très distinctifs.

Quels sont les mécanismes sous-jacents à ce type de perception, émotion et intuition ? Si l’on sait que cette condition n’était pas connue jusqu’aux années 90, il existe une petite partie de la population qui, jusqu’à il y a peu, ne comprenait pas pourquoi elle se sentait «différente».

Si vous avez suffisamment de chance pour être différente des autres, ne changez pas : c’est un don qui vous rend unique et qui vous permet de voir le monde avec plus de plénitude et de lucidité.

Nous savons aussi que parfois, le terme «être différent» est stigmatisé et encore pire, il va avec une certaine dose de souffrance.

La personne hypersensible est fatiguée d’écouter des choses telles que “tu prends les choses beaucoup trop à cœur», “un rien ne t’affecte», «on ne peut rien te dire».

Selon un travail effectué en 2010 et publié dans la revue Social Cognitive and Affective Neuroscience, la raison pour laquelle cette personnalité est plus sensible aux stimuli, aussi bien physiques qu’émotionnels, a une explication au niveau neurologique.

Bases neurologiques de l’hypersensibilité

Elaine Aron et ses collègues psychiatres, comme le docteur Arthur B. Lintgen, ont fait une expérimentation dans laquelle ils ont exposé deux groupes de sujets à une série de stimuli visuels, comme des lumières colorées ou de simples dessins.

C’est ainsi qu’ils ont pu découvrir les choses suivantes :

  • Les personnes hypersensibles lient chaque stimulus à une émotion. Leurs mécanismes neuropsychologiques associent les stimuli visuels, auditifs et tactiles à une sensation déterminée.
  • Les zones du cerveau liées à la conscience, aux émotions, aux sentiments d’empathie et aux «neurones miroirs» sont plus activées que chez les personnes qui ne présentent pas d’hypersensibilité.
  • Le seuil de la douleur des personnes hypersensibles est très bas, de telle manière qu’une lumière intense ou le frottement des vêtements peuvent leur faire du mal.
  • L’hypersensibilité est aussi liée à une capacité exceptionnelle de capter des détails et des variations dans les objets, les environnements et les personnes.
    Cela s’explique par une plus grande activation des zones du cerveau impliquées dans l’association de l’information visuelle à l’attention.

Un monde superficiel : hypersensibilité et dépression

L’une des questions les plus importantes est de savoir si les personnes hypersensibles sont plus exposées ou non à la dépression. La réponse est simple : pas plus que la majorité.

Cependant, elles souffrent plus de tristesse au quotidien à cause de la déception et de la sensation de se sentir différent, mais tout cela ne détermine pas l’apparition d’un état dépressif.

Les personnes hypersensibles seront plus exposées à la dépression dans les cas suivants :

  • Avoir souffert d’une enfance traumatisante ou de problèmes familiaux.
  • Ne pas savoir qu’elles sont très sensibles et attribuer ces traits à une «fragilité», ou au fait qu’elles seraient plus vulnérables que les autres, ce qui engendre souvent un isolement.
  • Les personnes hypersensibles doivent prendre confiance en elles, comprendre comment elles sont et apprendre à contrôler la «sur-stimulation» qu’elles vivent au quotidien. 
  • Fréquenter des environnements où la pression et les désaccords sont légion, où il y a beaucoup de personnes, de sons et de lumières peut élever leurs niveaux de cortisol et provoquer un état de stress et d’anxiété très destructeur.
    Il est nécessaire de contrôler tout stimuli et de profiter de moments de solitude.

Au lieu de voir tout ce qui vous entoure comme un monde superficiel et d’ennemis qui vous veulent du mal, soyez votre meilleur ami, profitez de la musique, de l’art, et de ce monde merveilleux de belles subtilités qui peut vous enrichir si vous le permettez.

Une personne hypersensible doit être consciente de son état, faire de ce don une force et comprendre que sa vie naît du cœur. C’est une vertu exceptionnelle qui la différencie des autres.

Source : nospensees.fr

1 COMMENTAIRE

  1. nous sommes dans un monde anormal alors il n y a que l empathie qui puisse le rendre correctement sensible et donc normalement humain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici