demi-sœur
 

Par Rachel Sobel

Le divorce et la recomposition familiale s’accompagnent souvent de beaucoup de maladresses et d’embarras. C’est une dynamique désordonnée et parfois mal comprise pour ceux qui ne la vivent pas. Certaines personnes sont sympathiques, d’autres sont terribles et d’autres intrusives – délibérément ou non. Je suis une grande fille et je peux assumer ma vie. Je l’assume depuis des années.

Ce que je ne tolérerai cependant pas, c’est lorsque l’on donne à mes enfants le sentiment de ne pas vouloir participer à cette dynamique. Des personnes que nous connaissons et que nous ignorons essaient de qualifier la relation de nos enfants, et cela se produit plus que vous ne pouvez l’imaginer.

Vous voyez, après mon divorce, je me suis remariée et j’ai eu une autre fille. Bien que je partage la garde de ma fille aînée avec mon premier mari – son père, mes filles sont proches et s’adorent les unes les autres comme si elles étaient ensemble tous les jours. Ma première fille ne pourrait pas être plus aimable et sympathique. Leur différence d’âge de huit ans m’a laissé avec des questions et des préoccupations, mais c’était mes propres peurs et insécurités. Elles sont le meilleur type de sœurs.

 

La plus âgée est la protectrice et la petite est son ombre. Elles sont follement amoureuses et je suis tout aussi amoureuse d’elles et de leur relation. Néanmoins, il y a des gens qui pensent qu’il est nécessaire de rappeler à ma fille aînée que le nouveau bébé est sa « demi-sœur ». Bien que ce terme puisse être scientifiquement exact, ça constitue une fausse représentation de leur lien.

Chaque fois que le mot « demi-sœur» est prononcé par quelqu’un d’aussi désinvolte comme s’il passait sa commande de café matinal, ma fille aînée était fâchée. Elle me demande pourquoi les gens continuent à dire cela et ce que cela signifie pour elles, et elle cherche souvent des indices sur ce qu’elle est censée ressentir à propos de sa sœur. C’est bouleversant, exaspérant et franchement méchant. Pourquoi les gens gâchent la joie des autres et signalent quelque chose de si insensé qui la pousse à mettre en question leur lien ?

Nous n’utilisons pas le terme « demi-sœur » car ces filles ne sont pas à moitié. Ce sont des sœurs entières qui s’aiment de tout leur cœur. Elles jouent, se chamaillent et font preuve d’affection comme de vraies sœurs. Bien sûr, elles n’ont pas le même père, mais cela n’a aucune incidence sur leur lien. Ce fait était également hors de leur contrôle. Elles jouent le rôle de sœurs si naturellement et avec amour, alors pourquoi les autres ne peuvent-ils pas accepter ça et suivre leur exemple ?

Mes filles sont des sœurs. Point barre. Elles n’ont pas besoin que les gens soulignent constamment les subtilités de leur composition génétique. Des mères comme moi travaillent dur chaque jour pour favoriser des relations saines et fortes au sein de leurs familles. Ainsi, lorsque d’autres personnes essaient de saper cela, elles mettent en question les circonstances dans lesquelles mes enfants sont venus dans ce monde. Alors réfléchissez bien avant de dire quelque chose sur la vie et les efforts de quelqu’un d’autre, car au bout du compte, nous sommes une famille ordinaire – comme le reste d’entre vous.

Source: popsugar.com
Traduit et adapté par: Aidersonprochain.com

Laisser un commentaire