maladie de Horton
racorn / 123RF

L’artérite giganto-cellulaire, connue également sous le nom de la maladie de Horton, est une attaque menée par le système immunitaire contre son propre corps, ce qui entraîne une inflammation douloureuse des artères, notamment autour des tempes et des yeux.

Alors qu’un massage apaisant de la tête peut soulager les maux de tête les plus courants, les patients atteints de la maladie de Horton éprouvent des douleurs et de la raideur au niveau du cuir chevelu et des tempes.

D’autres symptômes peuvent inclure une perte de la vision ou une double vision, des douleurs cervicales, de la fatigue, de la fièvre ou une combinaison de ces facteurs. En vue de diagnostiquer la maladie de Horton, votre médecin effectuera une biopsie minimalement invasive, en prélevant une petite partie de votre tissu artériel temporal pour effectuer une analyse en laboratoire. Lors de l’analyse, les cellules affectées peuvent apparaître agrandies sous un microscope par rapport aux cellules saines, contribuant à la «cellule géante» qui est à l’origine de cette maladie.

 

Prévention

Étant donné que les causes de la maladie de Horton sont encore inconnues, prévenir la maladie de Horton est sans doute difficile. Par conséquent, on se focalise généralement sur la réduction des risques. Mais dans ce cas, les facteurs de risque les plus importants sont l’âge et le sexe, deux facteurs que vous ne pouvez pas changer.

Les femmes sont 2 à 3 fois plus susceptibles que les hommes de développer une artérite giganto-cellulaire, et l’âge moyen de l’apparition des symptômes est de 72 ans. Très rarement, voire jamais, un patient de moins de 50 ans éprouve une artérite giganto-cellulaire.

Certaines études ont révélé que les personnes d’origine nord-européenne (en particulier les personnes Scandinaves) pourraient être plus sujettes à développer la maladie de Horton. Hormis ces deux facteurs incontrôlables, le tabagisme augmente le risque de l’artérite giganto-cellulaire de 600 %, ainsi envisagez de cesser de fumer si vous voulez tenir la maladie de Horton à l’écart. Ces mesures et le dépistage précoce, sont les meilleurs moyens pour réduire les risques.

 

Complications et traitement

Sans un traitement adéquat, l’artérite giganto-cellulaire peut progresser jusqu’à la tête du nerf optique, où l’inflammation des artères peut priver ce système extrêmement sensible de l’apport en oxygène vital ainsi qu’en nutriments, entraînant une perte de la vision au niveau de l’un ou des deux yeux. Habituellement, un traitement à base de médicaments stéroïdiens est mis en place rapidement, ce qui soulage la sévérité des maux de tête presque immédiatement, et empêche généralement d’autres complications.

En moyenne, les patients atteints de la maladie de Horton resteront sous un certain dosage de ces médicaments pendant deux ans. Ce qui aide à traiter l’état du patient et à prévenir les rechutes. Au cours du traitement, votre médecin vous donnera des conseils sur votre régime alimentaire – non pour prévenir de futurs épisodes, mais pour inhiber la gravité des effets secondaires courants associés aux stéroïdes.

L’une des complications les plus fréquentes de la maladie de Horton est la perte de la vision et la cécité, il est primordial de consulter votre médecin à l’apparition du premier signe de cette maladie, même si cela vous semble  » un simple mal de tête temporal ».

En effet, chaque patient n’éprouve pas exactement la même combinaison de problèmes, de sorte que l’auto-diagnostic est particulièrement risqué et déconseillé. Si vous pensez que la consultation d’un médecin en raison d’un «simple mal de tête» est trop compliquée ou exagérée, tenez en compte que ce simple mal de tête pourrait être le premier signe précurseur de cette maladie effarante.

 

Sources et références: woodhamseye.com
http://emedicine.medscape.com/article/1
http://emedicine.medscape.com/article/2
http://emedicine.medscape.com/article/3
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/
Traduit et adapté par: Aidersonprochain.com

Qu’est ce que c’est la maladie de Horton et comment la prévenir ?
Notez cet article

Laisser un commentaire