hypocondriaque
photodeti / 123RF

Maman hypocondriaque

Par : Wendy Wisner

Je crois que toutes les mamans sont en quelque sorte hypocondriaques et cela fait partie intégrante de leur maternité. Lorsque nos enfants tombent malades, nous sommes censées être vigilantes et prendre toutes les mesures nécessaires afin d’éviter que la maladie ne s’aggrave. En effet, un peu d’anxiété ne nuit pas car nous sommes naturellement programmées à protéger nos enfants d’un quelconque danger.

Toutefois, certaines mamans n’arrivent pas à gérer ces instincts et pour certaines la nécessité de protéger leurs enfants devient obsessionnelle et accablante.

Je n’ai jamais été hypocondriaque jusqu’au jour où je suis devenue maman. J’ai un trouble anxieux qui se manifeste par une peur maladive de perdre mes bien-aimés. Lorsque vous avez des enfants, vous êtes sans doute conscientes que les maladies attrapées par les enfants, notamment lorsqu’ils sont petits, peuvent requérir des soins d’urgence ou même mettre fin à la vie de l’enfant.

Lorsque les enfants grandissent et la maladie devient moins sévère et moins fréquente, je suis devenue plus calme et moins anxieuse. Néanmoins, dans certains cas, je suis accablée par l’anxiété concernant leur santé physique et j’ai souvent des pensées obsessionnelles et un comportement bizarre et compulsif.

Je sais que je ne suis pas seule sur ce monde et je pense que l’hypocondrie est un problème commun parmi les mamans (et les papas) sans que nous nous rendions compte. Ainsi, je vais mettre en lumière quelques pensées et comportements fous que j’ai à propos de la santé de mes enfants pour que vous vous ne sentiez pas seules.

 

Chaque fois que l’un de mes enfants me dit qu’un de ses camarades est malade, je le mets sur la sellette pour me donner plus de détails.

Si l’enseignant de maternelle me dit que l’un des enfants a vomi à l’école aujourd’hui, ou qu’un enfant a été envoyé à l’infirmerie, je demande « spontanément » plus de détails. « Sont-ils assis à proximité de toi ? » « Quels étaient leurs symptômes ? » Puis j’attends 48 heures pour que mon enfant ait des symptômes de n’importe quel virus. Je suis obsédée par ça et je suis sûre que ça va arriver à n’importe quel moment.

 

Si j’entends parler sur Facebook qu’un enfant est malade, je prends note de son adresse et je me demande quand est ce que le virus va atteindre ma famille.

Je suis certaine que je ne suis pas la seule à le faire. Même si la personne qui a posté ça sur Facebook ne vit pas dans ma ville, je m’inquiète que la maladie « circule » et nous atteindra aussi. Si je ne connais pas bien la personne ou si je ne me rappelle pas où elle habite, je vais jeter un coup d’œil sur son profil et je commence à deviner quelles sont les chances que le virus circulera jusqu’à ma famille.

 

Si l’un de mes voisins a un norovirus ou une autre maladie grave, je ne lui rendrai visite qu’après au moins deux semaines.

Toute personne hypocondriaque est consciente que le norovirus peut survivre sur les surfaces pendant deux semaines, qu’il est presque impossible de le désinfecter convenablement et qu’il peut infecter les gens même après des semaines du rétablissement de la personne infectée. Par conséquent, si votre famille porte ce virus, sachez que je ne vais pas vous rendre visite.

 

Dès que mon enfant a une fièvre, je ne pense qu’au pire.

Je sais que la fièvre n’est pas aussi dangereuse mais dans certains cas elle l’est. Ainsi, en raison de mon anxiété je pense immédiatement que mon enfant a une maladie mortelle et il en va de même concernant les maux d’estomac, les éruptions cutanées et autres symptômes. C’est juste la façon dont mon cerveau fonctionne.

maman hypocondriaque
maman hypocondriaque

Je ne cesse pas d’examiner les moindres symptômes chez mes enfants bien qu’ils ne soient pas malades.

Je ne le fais pas tout le temps, mais pendant la saison du rhume et de la grippe en particulier, je panique à cause de petits symptômes, pourquoi mon enfant n’a pas pris son dîner ? Pourquoi est-il fatigué même après une bonne nuit de sommeil ? Voici la grippe. Je sais que tous les parents le font dans une certaine mesure, mais je fais tout ce qu’il faut pour traiter ces symptômes.

Mon esprit rationnel sait que cela n’a aucun sens. En fait, comme beaucoup d’hypocondriaques, j’en sais plus que la moyenne sur la santé des enfants. Quand je ne panique pas, je peux gérer la santé de mes enfants de façon tout à fait rationnelle et avec plus de savoir-faire et de bon sens que la majorité des autres.

Le problème est que si mon anxiété est déclenchée, je suis accablée par une irrationalité et une terreur totale. C’est affreux. Mais j’ai pu y faire face grâce à la thérapie l’année dernière. La bonne nouvelle est que je me suis améliorée en reconnaissant que je commence à paniquer lorsqu’il s’agit d’une maladie, et j’ai développé maintes compétences qui m’aident à combattre efficacement une crise de panique. C’était incroyable de réagir de manière rationnelle face aux maladies de mes enfants.

Vous n’avez pas besoin de souffrir du tout. Si vous sentez que votre hypocondrie rend votre vie difficile – ou si vous craignez qu’elle puisse rendre vos enfants anxieux – vous devriez avoir recours à la thérapie.

 

Source: scarymommy.com

Traduit et adapté par: Aidersonprochain.com

Voici ce que c’est d’être une maman hypocondriaque
5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire