Nanorobots
abhijith3747 / 123RF

Des Nanorobots capables d’éliminer les tumeurs cancéreuses

L’un des problèmes les plus couramment associés à l’élimination des cellules cancéreuses consiste en l’incapacité des médicaments à distinguer les cellules tumorales des cellules saines du corps.

En vue de mettre fin à ce problème, les chercheurs ont décidé de ne pas tuer les cellules elles-mêmes, mais les vaisseaux qui leur procurent du sang, et ils ont pu réaliser cela en utilisant des Nanorobots. (1)

« Nous avons mis au point le premier système robotique d’ADN entièrement autonome pour une conception de médicament très précise et une thérapie ciblée contre le cancer », explique Hao Yan, co-auteur de l’étude publiée dans Nature Biotechnology, dans un communiqué. « En outre, cette technologie est une stratégie qui peut être utilisée pour traiter de nombreux types de cancer, étant donné que tous les vaisseaux sanguins desquels se nourrissent les tumeurs cancéreuses sont essentiellement les mêmes. »

 

L’équipe a pris un morceau rectangulaire de feuille d’origami d’ADN – mesurant juste 90 nanomètres par 60 nanomètres – et l’a pulvérisé avec une protéine connue sous le nom de thrombine, une enzyme naturelle qui se trouve dans le corps et induit la coagulation.

L’objectif de cette technique consiste à fournir de la protéine aux vaisseaux sanguins qui nourrissent la tumeur avec leurs nutriments pour affamer efficacement les cellules cancéreuses par la suite.

La feuille d’origami à base d’ADN munie d’un agent de coagulation, est ensuite pliée en une structure semblable à un anneau. L’étape suivante consiste à trouver un moyen pour livrer les Nanorobots à la zone affectée par le cancer, afin qu’elle ne commence pas à coaguler le sang. Cette technique est effectuée en attachant une autre charge, mais cette fois-ci une molécule connue sous le nom d’aptamère d’ADN.

L’aptamère cible spécifiquement une protéine appelée nucléoline. Alors que votre corps produit normalement de la nucléoline, les cellules endothéliales tumorales produisent également des quantités anormalement élevées de cette molécule qui ne se trouve pas à la surface des cellules saines.

Les Nanorobots ont ensuite été injectés dans des échantillons de souris qui ont été spécifiquement conçues pour imiter une variété de cancers humains, tels que le cancer du poumon et le mélanome. Une fois intégrés dans le système circulatoire, les Nanorobots se dirigent vers les vaisseaux sanguins de la tumeur, où la thrombine a ensuite été déclenchée et a causé la coagulation du sang.

Après cette étape, les Nanorobots sont éliminés par le corps, tandis que la thrombose – ou l’agent de coagulation – dans les tumeurs a continué à fonctionner pendant trois jours après le traitement, lorsque tous les vaisseaux sanguins dans les tumeurs montraient des signes de blocage. Ce qui a entraîné le rétrécissement des tumeurs et le doublement de la durée de survie médiane des souris, ainsi que la rémission complète de nombreuses d’entre elles.

Non seulement les Nanorobots ont abouti à des résultats impressionnants concernant le ciblage et la lutte contre les cellules cancéreuses, mais ils n’ont causé aucun effet secondaire chez les souris. Ce qui donne espoir que ces types de Nanorobots pourraient être utilisés chez les humains beaucoup plus tôt que prévu.

 

Sources et références:
https://asunow.asu.edu/discoveries-cancer
https://www.nature.com/ iflscience.com 
https://asunow.asu.edu/20180212
Traduit et adapté par: Aidersonprochain.com

Des Nanorobots d’ADN ciblent et rétrécissent de manière précise les tumeurs cancéreuses sans le moindre effet secondaire
2.6 (52%) 5 votes

Laisser un commentaire