les pleurs des gens

Quand était la dernière fois où vous avez pleuré à chaudes larmes ? Un mois ? Une semaine ? Ou vous séchez probablement les larmes qui coulaient de votre dernier chagrin. Il est tout à fait normal de vous sentir plus vulnérable après avoir éclaté en sanglots, et vous n’avez absolument rien à justifier.

En vérité, le fait de pleurer n’est pas seulement une pratique parfaitement saine à faire, mais il symbolise également la force et la persévérance. Voici quatre raisons pour lesquelles vous devriez vous sentir fort, et non pas pitoyable, après avoir pleuré.

 

Les pleurs soulagent le stress

Une étude menée par l’American Psychological Association en 1983 a révélé que la sensation de soulagement qui suit les pleurs est due en grande partie au stress provoqué par les relations interpersonnelles et les pensées anxieuses ou mélancoliques. (1)

Les pleurs sont l’une des meilleures façons de canaliser et d’extérioriser les pensées et les événements qui nous causent de l’inquiétude ou de la douleur. Le fait de refouler vos émotions en retenant les larmes peut mener à des dommages psychologiques à long terme.

Lorsque nous pleurons, nous nous débarrassons de tensions négatives qui s’accumulent dans notre vie quotidienne, ce qui nous permet de retrouver notre aplomb afin de pouvoir nous relever après la chute. De plus, les larmes émotionnelles contiennent des hormones qui s’échappent de notre corps et qui pourraient remonter notre morale après avoir pleuré. (2)

Le professeur Roger Baker de l’Université de Bournemouth a souligné que le fait de pleurer consiste à transformer la détresse en quelque chose de concret, et ce processus lui-même réduit le sentiment de traumatisme. Par conséquent, lorsque les gens vous incitent à «laisser vos larmes couler», vous êtes désormais conscients de la raison.

 

Le fait de pleurer reflète votre nonchalance de ce que les autres pensent

Le sentiment de vulnérabilité et d’impuissance qui résulte des pleurs est du généralement à la présence d’autres personnes autour de nous. Vous sentez des trémolos dans votre voix ; vos yeux se larmoient et le sang se précipite vers votre visage, mais vous faites un effort surhumain en vue d’intérioriser davantage ces émotions jusqu’au moment où vous lâchez la bride à ces sentiments négatifs. (3)

Nous vivons sous le joug d’une société qui nous fait croire, depuis notre tendre enfance, que l’extériorisation des émotions négatives devant les autres devrait être évitée à tout prix. Mais la nature humaine montre que nous sommes tous des créatures intelligentes et sensibles, et il est impossible pour nous de tenir souvent les rênes de nos émotions.

Une étude publiée en 1964 a mis en lumière que les gens réagissaient moins négativement et avec plus de compassion aux personnes qui pleurent. L’étude a passé au crible la réponse émotionnelle auto-déclarée des personnes lorsqu’elles sont en présence d’une autre personne qui pleure. (4)

Bien que l’étude ait révélé que la plupart des gens se sentent mal à l’aise lorsqu’ils pleurent, le fait de pleurer devant les autres montre cependant que vous placez vos sentiments au-dessus des attentes sociales des individus qui vous entourent. C’est un tour de force que beaucoup d’entre nous aspirent à réaliser.

 

Vous n’avez pas peur de vos sentiments

Les êtres humains pleurent pour toutes les raisons humainement possibles, les déséquilibres hormonaux, la colère, la perte, la solitude, le stress et l’hypoglycémie font partie des nombreuses raisons pour lesquelles nous pleurons. Parfois, nous pleurons à cause d’une chose banale comme un film triste ou une chanson nostalgique, et la plupart du temps nous ne connaissons même pas la cause principale de ces pleurs.

Le plus important dans tout ça est de reconnaître vos émotions et faire face à ces dernières. Ne pas confronter les sentiments négatifs peut vous mener vers des impasses telles que l’alcoolisme, la dépression, les troubles anxieux, la toxicomanie ou tout autre type de comportement compulsif malsain qui peut découler du refoulement des émotions.

Les scrupules, la peur du châtiment ou du jugement, ainsi que le doute de soi-même font partie intégrante des entraves qui poussent les gens à retenir leurs larmes. Néanmoins, le fait de lâcher prise à ce doute de soi pour votre propre santé mentale est un signe de courage et de contenance.

 

Les pleurs vous rendent un meilleur ami

Nous avons parlé auparavant du fait «de tenir les rênes de vos émotions». Ce qui signifie que vous avez un fort caractère et montre à vos amis ainsi qu’à votre famille que vous êtes honnête et ouvert face au malheur. Lorsque vous êtes avec votre ami dans une situation où vous recevez tous les deux une nouvelle bouleversante, prendre l’initiative de pleurer permet aux autres de se sentir à l’aise en exprimant leurs propres émotions. Ceux qui acceptent la tristesse avec courage encouragent les autres à suivre leur exemple.

les pleurs
Pleurer – NessaLand

LIRE AUSSI: L’hypersensibilité, c’est se défendre dans un monde superficiel

Les pleurs ont des effets incroyables sur votre personnalité et la solidité de vos relations. Rompre la glace qui nous sépare si souvent de nos semblables nous permettra de nouer des amitiés plus cohérentes et authentiques.

Les pleurs vous montreront aussi qui sont vos véritables amis. Ceux qui vous évitent ou vous laisse tomber lorsque vous êtes en détresse sont probablement des personnes que vous devriez envisager d’éliminer complètement de votre vie.

 

Le lien entre les peurs et les maladies mentales

Si vous pleurez constamment ou vous avez souvent tendance à pleurer, vous êtes tenus de consulter un thérapeute. Les épisodes chroniques de pleurs peuvent être des signes de dépression et d’anxiété pouvant résulter d’une myriade de circonstances.

Ces conditions affectent des millions de personnes aux quatre coins du monde et peuvent mener à l’automutilation et même au suicide si elles ne sont pas prises en charge.

 

Conclusion

Les pleurs constituent l’un des mécanismes les plus sains auxquels nous avons recours pour faire face à nos émotions. Ils remontent notre morale à long terme, soulagent le stress, construisent notre caractère et consolident nos relations. Par conséquent, la prochaine fois que vous sentirez la précipitation des flux de larmes vers vos yeux, ne les retenez pas. Laissez ces larmes vous aider à grandir sur les plans social, intellectuel et spirituel.

Sources et références:

  1. Martin, R. B., & Labott, S. M. (1991, July). Mood following emotional crying: Effects of the situation. Journal of Research in Personality, 25(2), 218-244. doi:10.1016/0092-6566(91)90017-k
  2. Patel, V. (1993). Crying behavior and psychiatric disorder in adults: A review. Comprehensive Psychiatry, 34(3), 206-211. doi:10.1016/0010-440x(93)90049-a
  3. Acebo, C., & Thoman, E. B. (1992, March). Crying as social behavior. Infant Mental Health Journal, 13(1), 67-82. doi:10.1002/1097-0355(199221)13:13.0.CO;2-#
  4. Hart, B. M., Allen, K., Buell, J. S., Harris, F. R., & Wolf, M. M. (1964, November). Effects of social reinforcement on operant crying. Journal of Experimental Child Psychology,1(2), 145-153. doi:10.1016/0022-0965(64)90016-5

 theheartysoul.com / image : Wikipédia / Traduit et adapté par: Aidersonprochain.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici