Les psychologues expliquent comment pardonner les autres et laisser le passé trépasser

 

Le pardon constitue l’antidote le plus puissant pour remédier à la douleur provoquée par les autres.

Néanmoins, pardonner ne signifie ni « oublier et aller de l’avant », ni absoudre quelqu’un de ses mauvais actes. Le pardon consiste à choisir de se libérer de l’envie de châtier quelqu’un ou de se châtier soi-même en raison d’une offense.

Oui, le pardon est un choix, mais nous avons toujours du mal à nous pardonner car nos émotions rationalisent les choses alors que nous ne sommes pas responsables des actes des autres et nous n’assumons que la responsabilité de nos émotions et de nos idées.

pardon
markzfilter / Pixabay

 

Comment pourrait-on pardonner les autres ?

D’après le docteur Robert Enright, un pionnier dans l’étude scientifique du pardon, il est possible de mettre en œuvre un modèle en quatre phases pour nous aider à pardonner les autres et nous pardonner en même temps.

 

      1. Reconnaître que le pardon est possible :

En vue de pardonner quelqu’un, nous devrions en premier lieu croire que le pardon est possible en acceptant au moins que la notion de pardon est une solution face au problème.

 

      1. Choisir de pardonner :

Les gens ne doivent pas être contraints à pardonner, mais il est important de les motiver pour le faire, indique Enright.

Comme nous l’avons déjà mentionné, pardonner n’implique pas forcément le fait d’oublier le comportement passé de quelqu’un d’autre, et il est essentiel de prendre en considération les effets positifs du pardon sur nos émotions, ce qui nous permettra de comprendre son importance.

(suite en page suivante)

Laisser un commentaire

  S’abonner  
Notifier de