restauré la vision

Les chercheurs ont restauré la vision à des souris aveugles en implantant de minuscules photorécepteurs prothétiques en or au niveau de leurs yeux.

Jusqu’à présent, on a pu réaliser cette technique incroyable que sur des souris. Néanmoins, les efforts déployés par les chercheurs donnent une lueur d’espoir aux personnes atteintes de maladies oculaires dégénératives telles que la rétinite pigmentaire ou la dégénérescence maculaire.

Cette étude révolutionnaire a été menée par une équipe de chercheurs de l’Université Fudan à Shanghai, en Chine, qui ont réussi à développer des nanofils de dioxyde de titane revêtus de nanoparticules d’or qui fonctionnent au même titre que les photorécepteurs naturels de l’œil, selon la description de la dernière édition du Journal Nature Communications.

Les nanofils dorés, d’une longueur n’excédant pas 100 nanomètres, se trouvent à la place des photorécepteurs en tiges et en cônes situés à l’arrière des rétines des souris aveugles.

Lorsque la lumière frappe ces nanoparticules artificielles, elle génère une petite tension, menant à une réaction neuronale dans le système visuel, tout comme le fonctionnement normal de l’œil.

photorécepteurs prothétiques
Jiayi Zhang et al/Nature Communications

 

En effet, cette technique ne nécessite pas de gadgets microélectroniques supplémentaires pour fonctionner, contrairement à la plupart des autres prothèses oculaires actuelles.

Jiayi Zhang et son équipe de neurobiologistes ont passé au crible l’activité des cellules ganglionnaires rétiniennes, un type de neurone dans la rétine de l’œil qui reçoit des informations visuelles des photorécepteurs, et ont constaté qu’elles réagissaient lorsqu’elles étaient exposées à la lumière verte, bleue et ultraviolette. De plus, ils ont examiné la vision des souris en utilisant l’ancienne technique qui consiste à faire briller une lumière à l’œil et voir si la pupille se dilatait.

Dans l’ensemble, cette technique a confirmé que les souris pouvaient détecter la lumière et n’étaient plus aveugles.

« Certains des yeux traités ont atteint le même niveau de « réflexe pupillaire » que celui des souris de type sauvage, ce qui confirme la restauration de la sensibilité à la lumière en plusieurs couleurs », soulignent les auteurs de l’étude.

 

Bien que les souris ne puissent pas encore voir toutes les couleurs, les chercheurs pensent qu’il sera possible d’obtenir une vision des couleurs s’ils développent des nanofils sensibles aux couleurs spécifiques.

Bien que cette incroyable nanotechnologie soit en ses débuts, les chercheurs restent persuadés qu’elle pourrait être utilisée pour traiter les humains atteints de dégénérescence maculaire, de rétinite pigmentaire ou de certaines formes de cécité associées à la perte des cellules photoréceptrices.

En effet, une autre étude tout aussi remarquable menée en 2016 a réussi à restaurer la vision à des rats aveugles en utilisant la technique de CRISPR « Courtes répétitions palindromiques groupées et régulièrement espacées », une nouvelle méthode qui coupe des brins d’ADN et les remplace par un nouveau matériel génétique.

 

Encore une fois, il est trop tôt pour faire des promesses, mais les chercheurs travaillent d’arrache-pied aux quatre coins du monde pour faire réussir cette technique révolutionnaire.

 

Sources et références:

http://nature.com/articles/doi:10.1038/s41467-018-03212-0

http://www.iflscience.com/health-and-medicine/gene-editing-breakthrough-partially-restores-sight-to-blind-rats/

iflscience.com

Traduit et adapté par: Aidersonprochain.com

Des nanoparticules d’or ont restauré la vision à des souris aveugles 
Notez cet article

Laisser un commentaire