Le premier safari d’un touriste lui permet de découvrir un léopard noir extrêmement rare

Lors de son premier safari en Inde, un étudiant en ingénierie a pris de magnifiques photos d’un léopard noir absolument rare.

Abhishek Pangis est originaire de Pune dans l’ouest de l’État du Maharashtra. Il a fait un safari de deux jours avec ses parents dans la réserve de Tadoba.

Le premier jour a été une expérience inoubliable. En revanche, c’est le deuxième jour qu’Abhishek s’est retrouvé face à face avec le majestueux léopard noir, auprès duquel il est resté 40 minutes.

touriste capture un léopard
Crédit: Caters

Au départ, il a été trop impressionné par la beauté de la créature pour prendre des photos. Mais heureusement pour nous, il a fini par réagir. Il a pris des photos du pelage noir tacheté du gros chat.

Abhishek, 23 ans, se souvient du moment où il est tombé sur le fameux gros chat : « Je suis devenu blanc quand je l’ai repéré. Je n’avais rien vu d’aussi beau. J’étais complètement abasourdi. Ce n’est qu’après 10 minutes que je me suis ressaisi puis j’ai commencé à faire des photos.

 » Généralement, les gens le voient pendant deux ou trois minutes. J’ai eu beaucoup de chance de le contempler pendant 40 minutes. Je l’ai vu boire l’eau d’un étang, marquer son territoire et traquer des singes. C’était une expérience extraordinaire. »

 » Nous l’avons vu en juin dernier, alors qu’il faisait 40-45 degrés de chaleur extrême. Car il y a plus de chances qu’il vienne chercher de l’eau. À un moment donné, ce léopard, qui doit avoir quatre ans, est même passé devant notre jeep. C’était un moment magique ».

léopard noir
Crédit: Caters

 

un léopard noir
Crédit: Caters
ADVERTISING

 

touriste capture un léopard noir
Crédit: Caters

Abhishek se considère très chanceux d’avoir repéré le léopard tacheté, qui doit son pelage foncé au mélanisme, le développement d’un excès de pigment noir dans la peau ou les poils, en raison d’une mutation génétique récessive.

En effet, de nombreux photographes professionnels dépenseraient énormément de temps et d’argent afin de saisir un aperçu de l’animal.

Abhishek a déclaré : « Je savais qu’il y a des léopards noirs, mais j’ai eu beaucoup de chance de le repérer lors de mon premier safari. »

« Les photographes professionnels de la faune sauvage dépensent des millions et plusieurs mois pour apercevoir des animaux aussi rares. »

 » Il y avait 10 à 15 jeeps, mais ils sont partis sans voir le léopard et seules trois ou quatre sont restées avec nous. Aucun d’entre eux n’avait un appareil photo, quand il est apparu, donc il n’y avait que moi pour le photographier. « 

Source: ladbible.com

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Feedback en ligne
Voir tous les commentaires

Des bénévoles bangladais nagent jusqu’au cou dans les ordures pour nettoyer les rivières

voiture de luxe

Découvrez les voitures incroyables des stars les plus riches du monde