vache1
lml
 

Les oreilles sont l’une des parties du corps les plus affectées par les faibles températures, elles y sont particulièrement exposées et possèdent peu de circulation sanguine. Lorsqu’une agricultrice de l’État du Wisconsin, aux États-Unis, a perdu une étable au cours d’un incendie au beau milieu d’une vague de froid polaire, elle a eu une idée ingénieuse pour réchauffer son bétail : des cache-oreilles.

Chez Sympa, nous allons partager comment cette invention dans l’urgence s’est transformée en une entreprise familiale en pleine expansion.

 

 

Une invention devenue virale grâce à une adorable photo

vache
© Cans Moleman / Twitter  

Récemment, en Irlande, un producteur laitier a posté une photo de l’un de ses veaux portant un cache-oreilles de couleur rose et la publication est devenue virale sur les réseaux sociaux, atteignant près de 30 000 retweets et plus de 170 000 “J’aime”. Elle était accompagnée de cette légende : “Les cache-oreilles pour éviter qu’elles gèlent existent vraiment”, il a reçu tous types de réponses, dont la plupart mettaient en avant l’aspect adorable de la photo.

L’invention est née bien loin de là. Sa créatrice est une agricultrice prénommée Holly Poad, qui a eu cette idée en cherchant un moyen de réchauffer son bétail pendant l’hiver, surtout pour les nouveau-nés, après avoir perdu une étable au cours d’un incendie.

 

Une solution pratique contre la vague de froid polaire

vache1
© Triple P Farm / Facebook   © Triple P Farm / Facebook  

Le sinistre a eu lieu lors d’une vague de froid en Amérique du Nord, au début de l’année 2019, provoquée par le vortex polaire qui a fait baisser le thermomètre à −40 °C. Avant l’arrivée de ces températures, Holly avait décidé d’acheter des vestes, ainsi que des cache-oreilles, et de les adapter pour permettre de couvrir son bétail.

Pour économiser de l’argent et améliorer le rendu, elle a demandé à sa tante, Kim Ewers, propriétaire d’une boutique spécialisée dans la broderie, si elle pouvait lui confectionner quelques cache-oreilles pour les vaches. Voici le modèle actuel, qui n’est pas composé de laine parce qu’en se mouillant, il pourrait rendre les animaux malades, mais il possède une doublure en polaire, un matériau résistant à l’eau, et des lanières ajustables à l’aide de velcro.

 

Plus de ventes que prévu

vache1
lmlk

Les inventrices ont même réfléchi aux couleurs, qui sont vives ou très foncées, pour pouvoir retrouver les cache-oreilles facilement dans la neige dans le cas où l’animal parviendrait à les retirer, que ce soit de manière intentionnelle ou non.

Avec un peu de hasard et beaucoup d’ingéniosité, l’entreprise a vu le jour : Holly a commencé à vendre son produit à 20 dollars l’unité. Elle l’a publié sur la page Facebook de sa ferme et sur plusieurs sites spécialisés dans le bétail, et les commandes se sont enchaînées. “Je pensais que nous en vendrions cinq ou dix. Je ne pensais pas qu’elles auraient autant de succès”, a-t-elle confié.

Une entreprise familiale qui cherche à s’implanter
dans les fermes

entreprise familiale
© Moo Muffs / Facebook   © Moo Muffs / Facebook  

 

Malgré l’augmentation de la demande, l’entreprise est restée familiale. Les neveux d’Holly se sont joints au projet, ils sont chargés de découper les pièces de tissu. La nuit, tout le monde aide à confectionner les cache-oreilles, parce que la journée, chacun d’eux travaille déjà ailleurs à temps complet.

Au fil du temps, le projet a pris forme et désormais, il a un nom : Moo Muffs. L’entreprise possède son propre logo, accepte les commandes sur Internet et participe à des expositions dédiées au bétail dans l’espoir de se faire connaître. Avec l’arrivée de l’hiver dans l’hémisphère nord, la famille se prépare à une augmentation des ventes.

Alors, que penses-tu de l’idée d’Holly Poad ?
Et toi, achètes-tu des vêtements ou accessoires pour ton animal ?
N’hésite pas à nous donner ton avis et à nous faire part de ton expérience
dans les commentaires !

 

Sources : Cans Moleman / Twittersympa-sympa.com

Laisser un commentaire