vétérinaire
 

Avoir un animal de compagnie, c’est connaître des hauts et des bas. Même dans les moments difficiles, votre animal a besoin de vous. Un vétérinaire américain tente d’expliquer que votre absence lors des derniers instants de votre animal est une erreur même si le moment est difficile.

Le post Facebook de la vétérinaire est survenu quelques jours après un tweet devenu viral d’une certaine Jessi Dietrich qui a demandé au médecin de son animal quelle était la partie la plus difficile de son travail.

Elle rapporte que le vétérinaire lui a expliqué que « 90 % des propriétaires ne veulent pas rester dans la pièce au moment de l’injection fatale à l’animal. Lors de ses derniers moments, l’animal regarde autour de lui pour trouver son maître. Ça me fait beaucoup de peine. »

 

Pour de nombreuses personnes, cet instant est difficile et la solution de facilité est de détourner le regard et de sortir de la pièce après une dernière caresse. Hélas, ça ne suffit pas à votre compagnon, vous devez l’accompagner dans ses derniers instants pour qu’il puisse partir sereinement dans vos bras.

Dans un post Facebook devenu lui aussi viral, un vétérinaire de la clinique animalière de Hillcrest a tenu à rebondir sur les propos de son confrère en expliquant que, trop souvent, les propriétaires quittent la pièce au moment où leur animal s’en va.

 

« Ne les laissez pas passer de la vie à la mort dans une pièce pleine d’étrangers, dans un endroit qu’ils n’aiment pas. Ce que vous devez savoir, c’est qu’il (l’animal) vous cherche quand vous les laissez » peut-on lire dans les quelques phrases du médecin.

 

« Ils ne comprennent pas pourquoi vous les laissez alors qu’ils sont malades, apeurés, vieux ou touchés par un cancer, ils ont besoin de votre réconfort. Ne soyez pas lâche parce que vous pensez que c’est juste trop difficile pour vous, imaginez ce qu’ils ressentent quand vous les quittez dans leur moment où ils sont les plus vulnérables. Les gens comme moi, nous essayons de faire notre mieux pour les réconforter en essayant de leur expliquer pourquoi vous n’êtes pas resté. »

 

Ces mots sont durs et difficiles à entendre, mais pour ces vétérinaires, laisser son animal seul dans ses derniers moments est une preuve de lâcheté. Choyez, cajolez, caressez, dorlotez votre animal aussi souvent que vous pouvez, mais accompagnez-le jusqu’à la fin. En effet, si votre animal de compagnie n’est là qu’une partie de votre vie, vous êtes, au contraire, toute sa vie.

 

Source : Scary Mommy / demotivateur.fr

Un vétérinaire explique pourquoi il est important de rester aux côtés de votre animal pour ses derniers instants
4.9 (97.27%) 66 vote[s]

17 Commentaires

  1. Lorsque j ai du laisser partir mon premier BA Max dit Maxou j avais un chagrin énorme il avait 14 ans. Notre vétérinaire m a demandé si je désirais rester . La question m avait surprise. Mais j ai compris pourquoi . Elle nous as pris en fin de journée et m a prévenue que le chien chercherai mon regard pour partir . Il l a fait j ai pleurer avec lui dans mes bras . Ce fut pareil pour notre Princesse partie à 16 ans
    Chaque chien que j ai du aider à partir sont partis dans mes bras et le vétérinaire nous laissait seul dans la pièce. Le temp d accepter. Le temps de dire au revoir Merci à ma veto

  2. Ce sont des moments difficiles, mais je pense à lui, je l’embrasse, le caresses, lui parle jusqu’au dernier souffle. C’est bien d’être accompagner avec quelqu’un car il est difficile de repartir seule. Pensez également a vous, la mort accompagnée, entouré, ca doit etre mieux …

  3. Il faut savoir affronter ce qui est difficile ,si on est pas capable alors ne prenons pas d’animaux , c’est que nous ne les aimons pas assez ! La vie , la mort sont intimement liées .

    • Je suis désolée mais j’ai du faire piquer deux chattes (la mère et la fille) pour cause de maladie et bien je n’ai pas pu les accompagner et non pas parce que je ne les aimais pas assez au contraire elles étaient tout pour moi.
      Vous accepteriez de voir partir un être humain de votre famille d’une mort qui n’est pas naturelle ???
      Et bien moi non même si la maladie était là et que cela était une délivrance pour elles.

  4. Moi, le 1 juin 2018, j’ai été obligé de faire euthanasier mon bébé de 23 ans ( chat ) pour un cancer bucal et je l’ai accompagné jusqu’à son dernier souffle et je peux dire que ça n’a pas été une partie de plaisir, je l’ai caressé, embrassé, parlé et je ne le regrette pas !

  5. Je suis aller la cueillir directement chez l’éleveur et je lai accompagné jusqu’à son dernier souffle et je suis entièrement d’accord avec ces paroles de rester avec son animal le son de notre voix et le dernier regard de mon cocker..!! bon et mauvais souvenirs tellement difficile a vivre je me souviens très bien de son dernier regard….

  6. Oui, c’est très difficile ! Rien qu’à vous lire, j’en ai les larmes aux yeux… Je comprends pourquoi le véto m’a remerciée d’être restée jusqu’au bout.

  7. J’ai assisté mes chiennes dans leur dernier moment. Ma deuxième chienne je peux vous assurer qu’elle est partie dans mes bras sans aucune peur et complètement décontractée. Elle avait 19 ans et je remercie la vie de me l’avoir donnée. Toutes les deux de l’Amour à l’état pur…

  8. Je souhaite de tout coeur être là pour ma Maggy ad là fin , je lui ai promis et espère qu’ elle ne me quittera pas seule à la maison parce qu’ on doit travailler . C est un geste d amour pour notre animal même si l on sait très bien que celà nous arrache le coeur. Je lui tiendrai la patte ad là fin comme on tient la main de n9s proches ad la fin . Tellement en accord avec votre article !

  9. Andy avait un souffle au coeur, il est resté à la clinique, seul, dans une cage, j’espérai qu’il guérirai, et puis il est mort tout seul dans cette cage, d’une embolie, toute ma vie je vivrai avec ça, c’est un drame dont je ne me remettrai jamais (je suis en dépression depuis), j’en veux énormément au véto de ne pas avoir eu le courage de dire stop ou de me conseiller avec clairvoyance.

  10. J’avais un lien très spécial avec mon boxer, qui a fait parti de mon enfance jusqu’à ce que je devienne adulte. Il est malheureusement parti à cause de tumeurs, et après avoir été mal renseigné par le vétérinaire qui nous a dit qu’une opération de son oeil valait le coup, mais ça ne l’a fait que souffrir et l’affaiblir. Il a décidé de lui même que sa fin était arrivée, en refusant de se nourrir. Nous devions le porter pour qu’il puisse boire, il s’était beaucoup affaibli. Je suis rentré à l’époque car je savais qu’il était mal (étant encore étudiant) et à ma vue, il s’est mis à manger, pour faire son dernier repas. Nous avons du prendre la décision de le laisser partir 2 jours après, et j’ai été présent. J’aurais regretté toute ma vie de ne pas être là, mon frère et ma mère étaient présents aussi. Rien que d’écrire ces mots, les larmes montent.

Laisser un commentaire